Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #90
En route vers l'E3 2019
Accueil podcast Télécharger le podcast
Si Swords & Soldiers 2 reprend largement la formule de son prédécesseur, et souffre donc dans une certaine mesure des mêmes défauts, il demeure néanmoins fort plaisant à jouer et apporte au passage son lot de nouveautés. Plus beau, plus riche et plus varié, il se dote en outre dans sa version Shawarmageddon de fonctionnalités en ligne bienvenues, tout en réduisant son tarif. Les stratèges exigeants, friands d’expériences plus complexes, pourront certes passer une nouvelle fois leur chemin, mais pour les autres, cette version Switch s’impose sans doute comme celle à privilégier, notamment grâce à sa portabilité et son mode sur table astucieux.
Verdict !

Les +


  • Gameplay enrichi, mais très accessible
  • Graphismes charmants
  • Campagne plus longue, plus variée et mieux scénarisée
  • Possibilité de mélanger les factions
  • Multijoueur sur table astucieux
  • Fonctionnalités en ligne
barre

Les -


  • De la stratégie « light » toujours un peu bourrine et répétitive
  • Les spécificités de chaque faction sont moins faciles à appréhender
  • Quelques imprécisions et problèmes de lisibilité
  • Difficile de trouver des adversaires en ligne
0 commentaire(s)
Swords & Soldiers 2 Shawarmageddon
Par Kayle Joriin, le jeudi 23 mai 2019

Contrairement à son grand frère, objet de nombreux portages depuis sa parution initiale sur WiiWare en 2009, Swords & Soldiers 2 est resté fidèle à la Wii U pendant trois longues années. Une loyauté touchante – surtout quand on connaît le destin tragique de la machine de Nintendo – qui a toutefois pris fin en novembre 2018, avec la sortie sur Windows et PlayStation 4 d’une réédition sous-titrée Shawarmageddon, également disponible sur Switch depuis le 1er mars dernier. L’occasion de replonger dans ce sympathique RTS afin de découvrir si les lacunes évoquées lors du test de la version Wii U sont toujours d’actualité ou si Romino Games a revu sa copie.

Marche et crève (ter)

Comme à l’époque de sa sortie, et à l’instar de son prédécesseur, Swords & Soldiers 2 ne cherche aucunement à rivaliser avec les pointures du jeu de stratégie en temps réel, de toute manière plus à l’aise sur PC que sur consoles. Il préfère proposer des mécaniques simples et accessibles, respectant néanmoins les principaux codes du genre. Les bases posées par le premier épisode sont d’ailleurs reprises ici quasiment telles quelles, et les fans seront donc en terrain connu. On retrouve notamment un nombre de ressources limité (l’or et le mana), un arbre de technologies plutôt basique, et une gestion des troupes simplifiée avec des déplacements automatiques le long de cartes linéaires en 2D vue de côté.

Dès lors, le gameplay peut se résumer grossièrement à une production à la chaîne d’unités que l’on va assister avec quelques sorts magiques ; le but étant de faire bouger une ligne de front afin d’atteindre le QG ennemi et le détruire. Pas forcément très excitante sur le papier, cette description illustre toutefois assez bien le côté répétitif et bourrin du titre, heureusement contrebalancé par diverses subtilités. Chacune des trois factions disponibles (Vikings, Perses et Démons) possède ainsi ses propres troupes et sortilèges, qui influent logiquement sur la manière d’appréhender les batailles. Il faut aussi penser à gérer intelligemment ses ressources pour ne pas se retrouver à sec au mauvais moment, et composer avec le système de cooldown limitant l’utilisation des pouvoirs les plus puissants. Cela n’a certes rien de fondamentalement original dans un jeu de stratégie, mais l’ensemble reste bien équilibré et suffisamment varié pour ne pas trop lasser.

Face à face

Bien entendu, les nouveautés apportées en 2015 par Swords & Soldiers 2 répondent présent dans cette réédition, la plus visible concernant sans doute la réalisation, bien plus aboutie que celle du premier volet, que ce soit d’un point de vue graphique ou sonore. L’écran de la Switch, plus fin et confortable que celui du GamePad Wii U, permet d’ailleurs d’apprécier au mieux cette embellie en mode portable, tout en ayant accès à des contrôles tactiles intuitifs. Quant aux commandes analogiques, utilisant des menus radiaux via les sticks et les gâchettes, elles s’avèrent elles aussi très efficaces et permettent de jouer dans n’importe quelle situation, en solo ou à deux joueurs. Sachant que le jeu dispose d’un mode sur table plutôt astucieux dans lequel les adversaires se font face, ce qui évite de trop lorgner sur ce que prépare l’autre. En termes d’ergonomie, on regrettera donc juste la persistance de quelques petites imprécisions dans l'utilisation de certains sorts de soutien à cause d’une lisibilité pas forcément optimale, les sprites ayant facilement tendance à se chevaucher.

Côté gameplay, on retrouve également tous les apports de la version Wii U, avec ses unités et sorts inédits, son rééquilibrage entre les factions et ses interactions enrichies, que ce soit par le biais d’invocations assez délirantes et des pouvoirs spéciaux dont disposent les champions de chaque camp. Chez les Vikings, l’imposante Helga peut par exemple entonner un chant de guerre boostant la vitesse de ses alliés. Le troll de guerre des Démons est capable de balancer ses compagnons au-dessus des pièges et des lignes ennemies. Quant au Génie des Perses, il possède le légendaire pouvoir d’exaucer trois vœux, ce qui se traduit en pratique par une réduction temporaire des coûts en or et en mana. Un bonus appréciable dans la mesure où la gestion de ces ressources demeure un élément crucial du jeu, nécessitant un contrôle actif des récolteurs afin de récupérer les caisses et autres conteneurs régulièrement largués sur la carte avant que le camp adverse ne se les approprie. Pour avoir les moyens de ses ambitions et s’assurer la victoire, il faut ainsi s’occuper autant de l’arrière-garde besogneuse que de la ligne de front, ce qui enrichit l’expérience de manière intéressante.

Tous en ligne !

Afin de découvrir ces différentes subtilités, le joueur pourra naturellement se diriger vers la campagne solo qui le mettra à la tête d’une petite coalition dirigée par le chef viking Barbe-Rouge pendant une bonne dizaine d’heures. Plutôt efficace dans sa construction, alternant entre missions principales, batailles libres optionnelles et mini-jeux bonus, cette dernière offre une aventure agréable, même si les velléités comiques du scénario ne font pas toujours mouche et que le mélange des factions ne permet pas d’appréhender leurs particularités respectives aussi bien que dans le premier épisode. D’aucuns pourront également regretter que la plupart des missions scénarisées forcent à utiliser une stratégie spécifique, basée en général sur l’introduction d’une nouvelle unité, d’un nouveau sort ou d’une règle temporaire. Cela donne certes au titre un côté puzzle game pas déplaisant, surtout lorsqu’on tente de remplir les objectifs annexes (ce qui booste au passage la durée de vie), mais le côté très didactique de la chose limite fatalement les possibilités.

Pour goûter à l’expérience « complète » de Swords & Soldiers 2, il est donc préférable de se diriger vers le mode Escarmouche (contre l’ordinateur) ou vers le mode deux joueurs. L’un comme l’autre laissent en effet davantage de liberté pour développer ses propres tactiques, notamment en personnalisant son armée avec des unités et des sorts issus de différentes factions, à condition toutefois de les avoir préalablement débloqués dans la campagne. C’est d’ailleurs sur ce point que l’édition Shawarmageddon montre réellement son intérêt, puisqu’au-delà de nouvelles cartes pour les modes précités et du mode deux joueurs sur table évoqué précédemment, elle corrige l’une des lacunes de son aînée en offrant enfin des fonctionnalités en ligne. Désormais, on dispose ainsi non seulement de tableaux de scores, mais surtout d’un mode multijoueur en ligne. De quoi augmenter considérablement la durée de vie pour peu que l’on dispose d’amis possédant le jeu, car actuellement la recherche automatique d’adversaire via la fonction « Partie Rapide » ne donne malheureusement guère de résultats. Reste qu’avec ses quatre euros de ristourne par rapport à la version Wii U et les avantages inhérents au support, cette version Switch est sans doute celle à privilégier pour ceux qui souhaiteraient tenter l’aventure.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016