Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Malgré quelques problèmes dus à certains éléments gênants qui étaient déjà dans le jeu d’origine, le prix et certaines nouveautés qui ne sont pas toujours au point, Pokémon Donjon Mystère : Équipe de Secours DX est un remake de grande qualité pouvant toucher beaucoup de personnes, y compris celles ayant déjà joué à Équipe de Secours Rouge ou Bleue. On aurait espéré une aventure principale plus longue, mais l’histoire du duo reste mémorable, et dans tous les cas, les nouveautés sont en majorité bienvenues. Il n’y a plus qu’à attendre un nouvel épisode où l’on retrouvera les Pokémon des dernières générations, voire juste (ou en plus ?) un remake d’Explorateurs du Ciel, qui reste à ce jour, l’un des jeux les plus appréciés de cette très sympathique série de spin-off offerte par Spike Chunsoft.
Verdict !

Les +


  • Une nouvelle direction artistique réussie
  • L’histoire, toujours touchante
  • Le sauvetage d'ami
  • Des nouveautés pratiques…
  • Une excellente durée de vie…
  • Un spin off très complet, avec plus de 400 Pokémon à recruter
  • Les musiques réarrangées
barre

Les -


  • Le système de recrutement pas toujours au point
  • Peut devenir assez répétitif
  • … mais certaines assez discutables, comme le mode automatique
  • … mais pas pour l’aventure principale qui peut se finir rapidement
  • Le prix peut tout de même rebuter
  • Le remplacement des Zones d’Accueil
1 commentaire(s)
Pokémon Donjon Mystère : Équipe de Secours DX
Par Klaus, le dimanche 15 mars 2020

En 2005, Chunsoft (qui n’avait alors pas encore fusionné avec Spike) s’associait pour la première fois à The Pokémon Company afin de concevoir un jeu Pokémon dans la veine de la série de roguelike Mystery Dungeon, devenue Donjon Mystère en France. Le titre était sorti en deux versions, Pokémon Donjon Mystère : Équipe de Secours Rouge sur Game Boy Advance et Équipe de Secours Bleue sur DS, tout d’abord en 2005 au Japon, puis en 2006 dans le reste du monde.

Ayant su marquer un grand nombre de joueurs lors de leur enfance ou de leur adolescence, ce tout premier Pokémon Donjon Mystère est de retour cette année sous la forme d’un remake sur Nintendo Switch. En prenant le pari risqué de remplacer presque totalement les visuels tout en 2D du jeu d’origine et en ajoutant quelques nouveautés, ce remake vaut-il la peine de découvrir ou redécouvrir ce premier épisode d’une série de spin-off devenue aujourd’hui l’une des plus appréciées dans le domaine de Pokémon ?

Une aventure deluxe

Tout (re)commence avec un test de personnalité, avec lequel la magie pouvait déjà opérer à l’époque grâce à son ambiance particulière. En répondant donc à quelques questions de la vie quotidienne, le jeu choisit pour nous un Pokémon parmi différentes créatures célèbres provenant des trois premières générations : Bulbizarre, Salamèche, Carapuce, Pikachu, Psykokwak, Miaouss, Machoc, Osselait, Évoli, Germignon, Héricendre, Kaiminus, Arcko, Poussifeu, Gobou ou Skitty. Parmi eux, il faut également choisir un partenaire, et si le Pokémon que l’on va incarner ne nous correspond pas, on peut cette fois-ci le choisir soi-même.

L’aventure commence d’une manière très classique et rappelant un très grand nombre de RPG, puisque le héros se réveille en étant amnésique et rencontre tout de suite un personnage, ici un Pokémon. Cependant, il faut savoir que le monde de Pokémon Donjon Mystère est habité uniquement par des Pokémon, bien que le héros que l’on incarne soit un humain transformé en Pokémon. De plus, ils ont tous la capacité de parler, ce qui était déjà un cas bien à part de la série principale et des quelques autres jeux dérivés auparavant.

Il y a environ quinze ans, ce premier Pokémon Donjon Mystère proposait un scénario tellement simple, mais aussi très touchant. Et autant le dire tout de suite : le remake parvient tout aussi bien à toucher grâce à son histoire, qu’on la découvre pour la première fois ou non. Le duo que l’on dirige, qui va monter une équipe de secours pour venir en aide aux Pokémon dans des donjons, devient très vite attachant, et on prend du plaisir à suivre l’histoire parsemée de moments de joie, de tristesse, de doute et de beaucoup d’humour également. Les Pokémon du scénario que l’on rencontre petit à petit sont aussi adorables, d’autant plus qu’il est possible de les revoir sur la fameuse Place Pokémon, bien que l’on aurait aimé que le remake puisse les mettre un peu plus en lumière, la trame principale et les événements secondaires ne changeant pas beaucoup.

Pokémon Donjon Mystère permet aussi de découvrir une autre facette de certains Pokémon, puisqu’en plus de parler, ils ont aussi différentes mimiques que l’on peut voir grâce à des portraits en 2D, conservés dans le remake. Les sprites ont été remplacés par des modèles en 3D, tandis que les décors mélangent cette fois-ci 2D et 3D pour un résultat très convaincant. La direction artistique a donc été revue, ce qui était là aussi plutôt risqué pour Spike Chunsoft, étant donné que la plupart des joueurs est très attachée aux sprites et décors en 2D de la série. En passant à la Switch, malgré le léger manque d’animations pour les Pokémon – ce que l’on pouvait aussi reprocher aux épisodes sur 3DS –, Spike Chunsoft a tout de même réussi à rendre les Pokémon attachants.

Il n’y a pas Lombre d’un doute

Niveau gameplay, la formule de base n’a bien sûr pas changé. Pokémon Donjon Mystère proposait une simplification du genre roguelike pour rendre le jeu accessible, et le remake l’est encore plus. Les donjons sont toujours générés aléatoirement, avec des étages différents à chaque fois (ainsi que des objets et des Pokémon spécifiques, mais placés différemment) et un aspect stratégique, notamment grâce à la gestion de la faim du Pokémon en tête d’équipe sous la forme d’une jauge de 100 points, qui diminue à chaque déplacement, faisant alors perdre des points de vie. Grâce à des pommes, normales, petites, grosses ou parfaites, on peut nourrir le Pokémon pour qu’il regagne des points dans la jauge de la faim. Cet aspect n’a pas énormément changé, contrairement à la difficulté de base de l’aventure principale qui a été diminuée grâce à de nouveaux objets et à un système de recrutement revu par exemple.

Les Gelées et le système de QI ont disparu et ont laissé place aux Friandises Irisées et DX permettant d’apprendre des capacicools. Séparées des talents des Pokémon (qui sont donc, eux, conservés, leurs effets n’étant pas très différents par rapport aux jeux de la série principale, mais adaptés aux donjons), elles peuvent être apprises aléatoirement par les Pokémon. Certains ont plus de chance d’apprendre certaines capacicools très utiles, comme Fière Équipe qui permet de recruter des Pokémon plus facilement. En étant très attaché aux mécanismes d’origine du jeu, on regrettera l’absence des fameuses gelées et du système de QI, mais l’ajout des capacicools est plutôt sympathique et bien géré, même s’il peut rendre les choses beaucoup trop faciles, surtout pendant l’aventure principale. Les boissons, comme le Zinc ou la Protéine, sont toujours là pour augmenter les stats des Pokémon, mais aussi les PP pour les attaques. La gestion des PP n’a jamais été aussi présente, et il faudra souvent user des Huiles ou Élixir Max pour les restaurer. Heureusement, Équipe de Secours DX reprend un système que l’on retrouvait déjà dans Pokémon Méga Donjon Mystère sur 3DS : le renforcement automatique des attaques au fur et à mesure de leur utilisation, ce qui augmente leur puissance et leur précision.

Certaines nouveautés sont cependant assez discutables, comme le mode automatique. Comme son nom l’indique, il permet de se déplacer automatiquement dans les donjons. Le Pokémon en tête d’équipe ira chercher par lui-même tous les objets dans chaque étage des donjons (ou bien les escaliers, le choix étant à effectuer dans les options), puis ira jusqu’à l’escalier menant au prochain étage, le mode automatique se désactivant à chaque fois que l’on se retrouve près d’un Pokémon. Avec ce mode automatique, tout devient plus simple, surtout au cours de l’aventure principale, et l’utiliser trop souvent peut ennuyer très vite. Il peut se révéler cependant assez utile pour effectuer des quêtes dans les donjons déjà explorés plusieurs fois. Il y a aussi le remplacement de l’attaque neutre. Désormais, en appuyant sur A, le jeu n’utilise plus une attaque simple sans dépenser des PP, mais une capacité qui est considérée comme la plus efficace face au Pokémon adverse. Ainsi, il faut faire encore plus attention aux PP des Pokémon.

Concernant le nouveau système de recrutement, il n’est parfois pas très au point. Cette fois-ci, on peut avoir jusqu’à huit Pokémon dans son équipe en explorant les donjons. Au début, on partira obligatoirement avec un, deux ou trois Pokémon, puis au cours de l’exploration, en battant les Pokémon, certains voudront nous rejoindre. D’autres ignoreront totalement l’équipe après le combat, surtout les Pokémon Puissants, de nouveaux mini boss que l’on trouve dans certains donjons qui peuvent d’ailleurs être chromatiques, une première dans la série (en dehors du Celebi chromatique du scénario d’Explorateurs du Ciel sur DS). Les vaincre et voir qu’ils ne nous rejoignent pas peut être assez frustrant, et c’est seulement après avoir terminé l’aventure principale que l’on aura le moyen de les recruter grâce à un Ruban Ami trouvable dans certains donjons. La CT Faux-Chage peut aussi être utile, tout comme l’Orbe Invitation ou les capacicools Fière Équipe et surtout Fier Hôte, qui contrairement à Fière Équipe, a la capacité d’augmenter les chances de recruter des Pokémon sans conditions particulières (Fière Équipe augmentant les chances de recrutement en fonction du nombre de Pokémon dans l’équipe).

Un autre point peut poser un problème au système de recrutement : les camps de secourisme. Remplaçant les Zones d’Accueil (seuls les sprites en 2D des Pokémon étant conservés, et les illustrations, inspirées de chaque zone, ont été refaites), ils peuvent être achetés au Club Camping de Grodoudou sur la Place Pokémon, ou avec un Orbe Grodoudou contre des Pokés (la monnaie du jeu). Chaque camp de secourisme peut accueillir plusieurs espèces de Pokémon, et si l’on ne possède pas le camp d’un Pokémon ayant été recruté dans un donjon, il ne pourra pas rejoindre définitivement l’équipe. Cela pouvait déjà être problématique dans le jeu d’origine, et c’est toujours le cas dans le remake, surtout pour les Pokémon rares. Heureusement, il existe les Orbes Grodoudou, et certains Pokémon légendaires et fabuleux débloquent eux-mêmes leur propre camp. Autre problème : après avoir atteint la limite des huit Pokémon, si l’on parvient à recruter un autre Pokémon, il faudra soit l’abandonner, soit le remplacer, et le Pokémon que l’on laissera partir ne pourra pas être renvoyé dans un camp. Ces quelques problèmes n’empêchent cependant pas d’apprécier le jeu, d’autant plus que l’on peut même recruter des Pokémon plus ou moins rares dans certains donjons en leur donnant simplement des pommes. Le système peut être plus pratique que dans le jeu d’origine, mais il reste tout de même légèrement perfectible.

Attention aux paltoquets

En plus des missions permettant d’aider des Pokémon en difficulté en allant simplement les sauver ou en leur donnant des objets (qui peuvent heureusement être récupérés dans les donjons où se trouvent les Pokémon à sauver), d’autres éléments sont de retour, comme les Grades de l’équipe qui se débloquent avec des points de secourisme obtenus en accomplissant des missions. Les différents Grades permettent d’obtenir des objets et des bonus utiles, augmentant par exemple la taille de la Boîte à Objets, et même le nombre de Pokémon que l’on peut avoir dans l’équipe jusqu’au dernier Grade.

Des objets bien connus, comme les Orbes, les CT (à usage unique), les Graines et les projectiles, sont également de retour (avec des nouveaux dans chaque catégorie), et parmi les nouveautés qui n’étaient pas présentes dans le jeu d’origine mais qui l’étaient sur 3DS, on retrouve par exemples les coffres renfermant des récompenses, les boîtes pour lier des capacités entre elles dans les donjons (ce qui est toujours possible en dehors grâce à la Comboutique Gloupti, qui peut même réapprendre des capacités aux Pokémon et leur en apprendre de toutes nouvelles après l’histoire principale)… Pokémon Méga Donjon Mystère reste l’épisode le plus complet de la saga, mais Équipe de Secours DX est lui aussi bien fourni.

Plusieurs lieux de la Place Pokémon sont encore là, à savoir le Magasin Kecleon permettant d’acheter des CT et d’autres objets, la Réserve Kangourex pour déposer et retirer des items, la Banque Persian pour stocker ses précieux Pokés et éviter de les perdre dans les donjons (bien que les avoir reste toujours utile, pour acheter des camps avec l’Orbe Grodoudou ou acheter des objets chez Kecleon) ou encore la Poste Bekipan permettant de venir en aide à d’autres joueurs via Internet ou grâce à des mots de passe à partager. Un système très pratique, et secourir sa propre équipe est également possible avec des Pokémon restés dans les camps, ce qui peut être utile si elle a été vaincue lors d’un combat de boss, puisque par la suite elle peut même quitter le donjon sans le combattre à nouveau et en conservant les objets, les Pokés et les Pokémon recrutés (mais si la mission de sauvetage échoue, tout sera perdu, roguelike oblige). On peut même obtenir des missions spéciales et des objets très utiles grâce au Courrier Mystère, par le biais de codes facilement trouvables sur le net.

Le Dojo Makuhita est toujours de la partie, mais il a été revu. En effet, désormais, en dehors des entraînements de base servant de tutoriels et offrant quelques objets utiles pour le début de l’aventure, on utilise des Tickets Assiduité de trois types différents pour entraîner les Pokémon dans des dédales correspondant à leurs types (le ticket le plus rare permettant d’explorer des dédales plus longtemps), offrant ainsi beaucoup de points d’expérience et la possibilité d’augmenter la puissance et la précision des capacités. Ces tickets peuvent s’obtenir en terminant des missions par exemple, et en abuser pour un ou deux Pokémon peut très facilement monter leurs niveaux, et ce dès le début de l’histoire. Certaines personnes peuvent donc finir plutôt rapidement l’aventure principale avec leur Pokémon principal au niveau 70, alors qu’en temps normal, il serait au niveau 35.

Qulbuuu… trébien !

Il y a donc une bonne dose de liberté dans ce remake, et si l’on souhaite trouver des limites, il faudra chercher du côté du « postgame ». De nombreux donjons supplémentaires sont débloqués, la plupart étant corsés, l’histoire continue un peu, les Maisons de Monstres sont encore plus fréquentes, les Pokémon peuvent évoluer, de nouveaux objets sont trouvables et plus encore.

Tout terminer dans le jeu pouvait demander une centaine d’heures dans le jeu d’origine, et c’est aussi le cas dans le remake, puisque l’on trouve environ 400 Pokémon que l’on ne recrutera pas forcément tout de suite, un très grand nombre de missions, des donjons avec de nombreux étages (le maximum étant 99)… Il y a d’ailleurs des Pokémon qui étaient impossibles à trouver dans Équipe de Secours Bleue et Rouge : les bébés Pokémon et les évolutions de Pokémon de générations précédentes apparaissant dans la quatrième, ainsi que les Méga-Évolutions. On regrettera l’absence d’autres Pokémon, mais Équipe de Secours DX étant un remake, trouver certains Pokémon qui n’existaient pas à l’époque reste tout de même une bonne chose. Même si la durée de vie est très longue, on regrette cependant que l’histoire principale soit assez courte. Elle peut se boucler en une dizaine d’heures, et le remake aurait pu être l’occasion d’approfondir l’histoire de certains Pokémon du scénario.

Côté réalisation, comme indiqué plus haut, l’aspect visuel modernisé, inspiré des contes illustrés, est très convaincant, et on s’attache toujours facilement aux Pokémon grâce aux mimiques, aux animations et aux graphismes mignons et colorés. Spike Chunsoft n’avait bien sûr pas un budget aussi conséquent que pour certaines productions, mais l’équipe de développement a tout de même su offrir visuellement un remake de qualité. La maniabilité est fluide, les ralentissements sont rares dans le cas où de nombreux Pokémon sont présents à l’écran, et la bande son est excellente. Arata Iiyoshi et Atsuhiro Ishizuna n’ont pas pu revenir pour ce remake, et c’est donc Keisuke Ito (qui avait travaillé dernièrement sur AI : The Somnium Files, toujours pour Spike Chunsoft) qui s’est occupé d’arranger leurs pistes en plus des siennes. Le résultat est quasi irréprochable, notamment grâce à l’aspect chiptune des pistes qui a été conservé, avec des instruments rajoutés et une qualité sonore améliorée.

Quant à savoir si les personnes ayant déjà beaucoup joué au jeu d’origine doivent se procurer ce remake, la question peut bien évidemment se poser. Le prix peut déjà rebuter, puisque 59,99 € est le prix de base d’un jeu Switch édité par Nintendo, alors qu’Équipe de Secours DX est un remake. Les qualités étant bien là, et la durée de vie étant conséquente, on peut conseiller facilement aux fans de se procurer le jeu, mais il faut peut-être y réfléchir pour les personnes qui n’ont pas forcément apprécié le jeu d’origine ou les joueurs qui aimeraient découvrir le jeu pour la première fois. De plus, grâce aux nouveautés, les donjons peuvent être explorés encore plus rapidement, mais à cause de cela, le jeu peut vite devenir répétitif. On conseille donc d’essayer d’abord la démo, qui comprend l’introduction complète de l’aventure, et de jouer à petite dose pour éviter d’être lassé.

Afficher / Masquer les commentaires
1 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le mardi 17 mars 2020 à 15:46

Pour faire simple, c'est le Pokémon Donjon Mystère avec un gameplay modernisé. Il en avait bien besoin, l'original ayant certaines mécaniques rébarbatives. Bien qu'étant probablement l'épisode le plus détesté par la communauté, les Portes de l'Infini avait pourtant déjà bien fait le ménage.

Je ne vois pas comment on peut regretter les Gelées QI: il en fallait des tonnes pour un résultat minimal, la gestion était Pokémon par Pokémon (donc compliqué pour diversifier une équipe) et finalement les joueurs dégainaient l'Action Replay pour en tirer quelque chose. Donc bof. Et heureusement, les Pokémon suiveurs sont tout de même beaucoup moins cons qu'avant: on évite un piège, ils ne foncent plus dedans (à moins qu'on les y pousse, mais là c'est de la faute du joueur).

La faim reprend le système de Super Donjon Mystère qui est aussi plus digeste, si j'ose dire, que dans les épisodes d'origine. Même si je n'ai jamais apprécié ce système qui ne sert qu'à encombrer un inventaire jamais assez grand avec des pommes, mais c'est plus gérable ici.

Globalement, c'est plus facile mais aussi moins injuste. J'avais appréhendé le passage de la fuite où les retours en arrières sont impossibles. Dans les épisodes d'origine, je m'étais retrouvé face à un mur à un moment: le donjon se passait bien, mais je me faisais éclater en 2 secondes par le boss... pas de retour en arrière, pas de préparation supplémentaire, pais de modification d'équipe, j'étais totalement coincé: une seule chose à faire: tricher. Ici, c'est toujours un passage pas évident, mais qui se négocie mieux.
Alors oui, c'est un peu plus facile, mais visiblement le post-game est toujours bien velu niveau difficulté des retours que j'ai eu de la communauté de Pokéfans à laquelle j'appartiens. J'ai juste fini l'aventure, donc je n'y ai pas vraiment encore touché.

Le seul élément que je regrette vraiment niveau gameplay c'est la disparition de l'attaque de base. Non pour l’attaque de base elle même, les capacités ont pas mal de PP et se recharger n'est pas trop difficile, mais pour la possibilité de temporiser en faisant passer un tour. Avec l'attaque automatique, ce n'est plus possible, à moins de n'avoir aucune capacité à distance ce qui est un vrai handicap. Ca permet pourtant de gérer le placement des Pokémon adverses et notamment s'assurer de donner le dernier coup pour favoriser le recrutement si on laisse les autres Pokémon de l'équipe attaquer (ce que j'ai fini par désactiver en fait). Le jeu étant au tour par tour, ne pas passer de tour facilement peut s'avérer gênant.

J'ai mis une trentaine d'heure pour le terminer en prenant mon temps. Histoire courte? Ben elle est assez basique et la faire traîner en longueur n'aura pas nécessairement été pertinent. Surtout que si on veut s'investir dans le jeu, le post-game demandera suffisamment de farm de donjons pour en rajouter une couche.

Une expérience ludique agréable.

Support
  • Switch
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Spike Chunsoft
Genre
  • Aventure - RPG
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   vendredi 06 mars 2020
   vendredi 06 mars 2020
   vendredi 06 mars 2020

Site officiel
https://www.nintendo.fr/Jeux/Nintendo-Switch/Pokemon-Donjon-Mystere-Equipe-de-Secours-DX-1695693.html
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016