Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #84
Switch, Pokémon et indés : la Triforce
Accueil podcast Télécharger le podcast
Loin de s’imposer comme une nouvelle référence du Match-3, Azkend 2 reste un titre efficace qui peut valoir le coup d’œil sur une machine pas encore très pourvue en la matière, surtout dans cette gamme de prix. Malheureusement, l’intérêt assez inégal des différents tableaux et les petits soucis de maniabilité l’empêchent de convaincre totalement. L’habitude aidant, il est certes tout à fait possible de surmonter ces défauts et de passer un bon moment dessus, que ce soit pour découvrir une histoire sympathique ou se faire une partie de temps en temps. Néanmoins, si cette version Switch sera sans doute celle à privilégier sur consoles, grâce à sa portabilité, ses contrôles tactiles et son écran plus confortable que celui de la Vita, les possesseurs de PC et surtout de tablettes 10 pouces auront tout intérêt à opter pour ces supports afin de bénéficier d’une meilleure ergonomie.
Verdict !

Les +


  • Gameplay classique, mais efficace
  • Univers plutôt plaisant
  • Objectifs assez variés
  • Agréable en mode portable
barre

Les -


  • Certains types de puzzles pas forcément passionnants
  • Quelques imprécisions dans les commandes
  • Aventure assez courte et facile
  • Moins intéressant en mode téléviseur
0 commentaire(s)
Azkend 2 : The World Beneath
Par Kayle Joriin, le lundi 5 février 2018

Éditeur prolifique sur Switch, avec pas moins d’une douzaine de titres sortis depuis la rentrée 2017, 10tons semble surtout se concentrer sur quelques genres spécifiques, comme le Top-Down Shooter ou le jeu de réflexion, tout en réutilisant souvent les mêmes recettes éprouvées. Après quelques puzzle games « physiques » comme King Oddball, Tennis in the Face ou Baseball Riot, ainsi que deux épisodes de la série des Sparkle, qui lorgnent fortement vers les Puzz Loop et autres Zuma, le studio finlandais propose donc cette fois du Match-3 avec Azkend 2 : The World Beneath. Un titre classique, mais relativement efficace, déjà sorti sur PC, iOS, Xbox One, PS4 et PS Vita entre 2012 et 2016, qui va désormais tenter de se faire connaître du public Nintendo.

Juste un doigt !

Sans surprise, la mécanique de base d’Azkend 2 consiste à relier au moins trois symboles identiques et adjacents afin de les faire disparaître de l’écran, l’espace libéré étant alors comblé par d’autres pièces qui descendent du haut de l’écran. Pourtant, la comparaison avec des célébrités comme Puzzle & Dragons, Pokémon Shuffle ou Candy Crush, n’est pas forcément pertinente. Tout d’abord, parce que le titre de 10tons propose des grilles aux tuiles hexagonales et non carrées, ce qui multiplie de manière non négligeable le nombre de combinaisons. Ensuite, car contrairement aux jeux précités, il n’est pas question ici de déplacer ou d’intervertir les figures pour créer des suites, mais simplement de sélectionner celles présentes à l’écran, tout en anticipant ses futurs mouvements. Un principe simple et immédiatement assimilable, qui s’enrichit néanmoins d’un certain nombre de petites subtilités bienvenues.

Réaliser une chaîne de six items, ou plus, fait par exemple apparaître un éclair qui aide à la résolution du niveau en détruisant stratégiquement le contenu de certaines cases. Quant aux bobines Tesla, situées en haut de l’écran, elles se chargent sous certaines conditions et permettent là encore de nettoyer le tableau à moindres frais. Les compas offrent ensuite la possibilité d’associer des objets différents, et pour faire bonne mesure, diverses compétences peuvent être débloquées au cours de l’aventure. Si certaines se contentent d’offrir des bonus passifs, comme du temps supplémentaire ou la mise en évidence de certaines combinaisons, d’autres se déclenchent via des power-up présents sur la grille et qu’il faudra combiner pour déclencher divers effets. Les bâtons de dynamite détruisent ainsi les pièces adjacentes, les jumelles font disparaître les symboles isolés et les cornes provoquent des avalanches qui vident toutes les cases situées en dessous. Autant d'éléments qui offrent une certaine variété au gameplay, bien que l’expérience ne surprenne pas non plus outre mesure.

Malheureusement, si tout cela est plutôt attrayant sur le papier, il faut reconnaître que la maniabilité n’est pas toujours des plus ergonomiques, notamment en ce qui concerne les commandes analogiques. Directement tirées de la version PC, ces dernières se résument en effet à un banal curseur qu’il est possible de déplacer librement, mais qui est loin d’être idéal pour sélectionner des séries de tuiles hexagonales. Pour davantage de précision, il faut donc s’orienter vers le mode portable qui propose une interface tactile nettement plus intuitive, même si elle n’est pas non plus exempte de tout reproche. La faute à un écran parfois un peu trop petit pour pouvoir y déplacer son doigt avec suffisamment de dextérité, surtout dans les grilles les plus grandes où la taille des cases est réduite. Les possesseurs de grosses paluches auront d’ailleurs tout intérêt à se procurer un stylet capacitif adapté à la Switch afin de contourner le problème, car il peut être source d’erreurs agaçantes.

Voyage au centre du puzzle

Sur ces bases de gameplay efficaces, mais pas forcément très innovantes, Azkend 2 développe en revanche des idées assez intéressantes en termes de structure et de narration. Un mode annexe a beau être dédié aux amateurs de scoring, il ne s’agit pas de l’orientation principale d’un titre qui accorde moins d’importance aux chiffres qu’au symbolisme. Les 66 niveaux proposés s'intègrent ainsi avant tout dans une histoire sympathique, contée par le biais d’artworks plutôt jolis et de textes entièrement doublés, avec en prime des compositions signées par Jonathan Geer, qui a déjà travaillé sur plusieurs productions 10tons et sur l’excellent Owlboy. Les non-anglophones en seront certes pour leur frais, puisque le jeu n’est pas traduit en français, cependant cette scénarisation assez inattendue reste appréciable dans un genre qui ne s’embarrasse généralement pas de ce genre de fioritures. Et surtout, elle permet d’offrir des objectifs un peu plus concrets à chaque tableau, tout en variant les plaisirs avec quelques interludes durant lesquels il faut retrouver certains détails dans les décors afin de bénéficier d’une recharge plus ou moins importante des bobines Tesla.

Concrètement, l’aventure est donc subdivisée en dix-sept chapitres dans lesquels il faut reconstituer différents objets en lien avec le scénario, comme des lunettes, des schémas techniques, un appareil-photo ou encore des explosifs, ces derniers débloquant au passage les compétences précédemment évoquées. Le but de chaque tableau, généralement en temps limité, est dès lors de récupérer un morceau de l’objet du moment en le faisant dans un premier temps apparaître sur la grille, puis en l’amenant jusqu’en bas de celle-ci. Toutefois, les conditions à remplir pour la première étape sont loin d’être toujours évidentes et varient d’un puzzle à l’autre. Retourner certaines cases de couleur, contenir un incendie ou une invasion d’insectes, faire disparaitre certains obstacles ou collecter des fleurs disséminées çà et là, les situations sont relativement variées, même si elles ne présentent clairement pas toutes le même intérêt et se règlent simplement en réalisant des combinaisons bien placées.

En outre, si l’histoire se finit assez rapidement (environ 3 heures) et n’offre pas beaucoup de résistance, le jeu propose son lot d’objectifs annexes, comme des médailles à obtenir sur les niveaux déjà terminés, une série de seize succès à débloquer, ou encore le mode Time Challenge qui demande de réaliser le plus gros score en un temps limité. Pas de quoi faire exploser le journal d’activité de la Switch, mais il est facile de passer une bonne dizaine d’heures sur le titre de 10tons, ce qui est tout à fait correct au vu des 7,99 € demandés. Seul regret : l’impossibilité de refaire librement certains puzzles un peu particuliers du mode histoire qui consistent à faire disparaître l’ensemble des symboles d’une grille en un certain nombre de coups. Une variante plutôt plaisante, mais trop rare, d’autant qu’en cas d’échecs répétés, le niveau est validé automatiquement, ce qui ne permet même pas d’en profiter à fond.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Switch
Editeur
  • 10tons
Développeur
  • 10tons
Genre
  • Réflexion
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 3
Sorties
   vendredi 12 janvier 2018
   vendredi 12 janvier 2018
   Non prévue

Site officiel
http://www.nintendo.fr/Jeux/Jeux-a-telecharger-sur-Nintendo-Switch/Azkend-2-The-World-Beneath-1324434.html
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016