Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #84
Switch, Pokémon et indés : la Triforce
Accueil podcast Télécharger le podcast
Inazuma Eleven 2 reprend tous les éléments qui ont fait le succès de son prédécesseur, mais peine à proposer de réelles nouveautés. On retrouve bel et bien le plaisir qu’avait procuré le premier opus, mais sans la saveur si particulière de découvrir un terrain encore inconnu. Avec son scénario improbable et son univers attachant, le jeu reste toutefois une expérience très agréable, et demeure intéressant à jouer.
Verdict !

Les +


  • Univers toujours aussi attachant
  • Un scénario dingue mais intéressant
  • De nouvelles techniques
  • Beaucoup plus de lieux à découvrir
  • Toutes les bases de la série sont là
barre

Les -


  • Le game
  • system manque de nouveautés
  • Des défis toujours aussi peu variés
  • Une seule version aurait peut
  • être suffi
  • Pas de réel multi online
  • Sorti depuis 2009 au Japon…
0 commentaire(s)
Inazuma Eleven 2 : Tempête de Glace
Par Tao, le 10 Apr 2012

Sorti en octobre 2009 au Japon, Inazuma Eleven 2 arrive enfin en France pour donner suite à l’excellent premier opus, qui avait su, à l’époque, procurer un véritable vent de fraîcheur dans le monde fermé du RPG footballistique. La barre était donc placée assez haut, et Level-5 a décidé, pour l’occasion, de décliner son jeu en deux versions : Tempête de Feu & Tempête de Glace. Était-ce véritablement nécessaire ? Cette suite est-elle à la hauteur de son prédécesseur ? Verdict !


Mars Attacks !

Inazuma Eleven 2 reprend l’histoire là où le premier épisode l’avait laissée. L’équipe de Raimon et son capitaine Mark Evans célèbrent fièrement leur victoire du Football Frontier, loin de se douter qu’un terrible drame se prépare… Un début de scénario absolument classique, jusqu’à ce que des aliens débarquent dans leur collège dans le but simple et précis de le détruire, avant d’enchaîner avec les autres établissements du pays. La seule façon d’empêcher cette catastrophe ? Battre l’équipe d’extraterrestres au football. Et c’est à ce moment précis que tout joueur comprendra qu’il va assister à l’une des histoires les plus farfelues de sa vie de gamer, et qu’il n’en sortira pas indemne, psychologiquement parlant.



Évidemment, le déroulement du scénario en révèlera plus sur les réelles intentions des envahisseurs, ainsi que sur leur organisation, mais il est certain que, de prime abord, une histoire mêlant aliens et football semble aussi étrange qu’improbable. Pourtant, et aussi étonnant que cela puisse paraître, on y retrouve l’une des principales forces du jeu. En effet, afin de vaincre ces puissants petits hommes verts (qui ne sont en réalité ni verts, ni petits), Mark va devoir parcourir le pays pour former l’équipe ultime, en recrutant les meilleurs joueurs du Japon. Pour accomplir sa tâche, il aura à sa disposition une superbe caravane bleue, et surtout une volonté de fer, caractéristique indécrottable des héros du genre. Le décor est planté, et aussi naïf que le scénario puisse paraître, il saura tout de même en surprendre plus d’un…



Comme au bon vieux temps

Même si le terrain de jeu s’est agrandi depuis Inazuma Eleven premier du nom, grâce au voyage qu’impose l’histoire, le gameplay n’a pratiquement pas changé. On dirige toujours aussi facilement l’équipe dans les différents environnements, et la promenade est régulièrement interrompue par des défis. Dans ces derniers, jouables au stylet, il faudra faire face à 4 joueurs, et réaliser l’objectif énoncé en début d’affrontement. Marquer un but en premier, défendre sa cage jusqu’au bout, intercepter la balle, ne pas se la faire piquer, c’est à peu près tout le challenge proposé lors de ces mini-matchs. Premier carton jaune donc, puisque le manque de variétés reproché au premier opus n’a pas été corrigé dans cette nouvelle version… Dommage, car même si l’on gagne de l’expérience ou des objets en réussissant les défis, on ne prend rapidement plus de réel plaisir à les accomplir.



Heureusement, les vrais matchs sont toujours là pour exploiter au maximum la jouabilité du titre. Se déroulant à onze contre onze, les rencontres, également jouables avec le stylet, sont l’occasion de déployer pleinement la puissance des joueurs, et d’assister à leurs techniques incroyables. Que ce soit pour tacler, défendre, tirer, ou arrêter la balle, les personnages disposent tous de techniques particulières qui, contre quelques PT (points de techniques), permettront de faire la différence face à des actions classiques. On retrouvera ainsi la tornade de feu d’Axel, la main magique de Mark, le choc du dragon de Kévin, et autres attaques surpuissantes de la première aventure. La bonne nouvelle ? Level-5 a apporté des tas de techniques inédites dans cet opus, certaines ridiculisant presque les anciennes… Pourtant, mettre le ballon en feu en tirant dedans, c’était déjà pas mal.



L’issue d’un affrontement entre deux joueurs dépendra donc de leurs niveaux, de la puissance de la technique utilisée, mais aussi du type. En effet, chaque personnage est affilié à un type précis, lui conférant un avantage face à un adversaire de type opposé. Il en est de même pour les techniques spéciales, une capacité de feu ayant par exemple plus d’impact face à une autre de bois, etc. Cet élément n’est peut-être pas le plus important du game system, mais il permet tout de même de parfois départager des joueurs de puissance équivalente.#row_endOn constatera également quelques petites nouveautés, comme la possibilité de tirer plus facilement au loin, d’augmenter le niveau des techniques à force de les utiliser, ou d’établir un temps mort dans la partie afin de souffler un peu et de repenser sa stratégie. En vérité, parler de stratégie n’est pas vraiment de mise pour ce jeu, puisque la simplicité du titre ne demande pas de réelle tactique pour triompher. Les matchs de l’histoire principale sont souvent faciles, et l’on perd presque uniquement lorsque le scénario nous l’impose (ce qui peut être frustrant, oui).



Tu veux jouer avec moi ?

C’est bien connu, l’union fait la force, et pour vaincre de l’alien, il faut une team de choc ! Intervient alors le système de recrutement et de transferts, permettant de recruter les joueurs déjà croisés ou battus lors des rencontres. Simple et bien pensé, celui-ci classifie les 1500 joueurs selon leur équipe d’origine ou leurs caractéristiques, afin de les inviter à rejoindre l’équipe Raimon, contre quelques points d’amitié précédemment gagnés grâce aux matchs et défis. Une fois le joueur choisi, il faudra le trouver dans ce vaste et beau pays qu’est le Japon, puis l’affronter. À noter que la difficulté du mini-match est variable selon les personnages, et il sera par exemple beaucoup plus difficile de battre puis recruter le célèbre Aphrodite (les possesseurs d’Inazuma Eleven s’en souviennent) qu’un joueur banal. En parallèle, des personnages clés de l’histoire vous rejoindront obligatoirement, et feront d’ailleurs l’objet de plusieurs péripéties lors de l’aventure.



Pour entraîner tout ce beau monde, des matchs amicaux sont accessibles, et permettront aussi de gagner de jolis items suite à une série de matchs réussis. Le niveau n’est en revanche pas le seul élément qui influence la puissance des joueurs, puisqu’il est également possible de modifier leur équipement (crampons, bracelet, etc.), celui-ci ayant un impact direct sur leurs caractéristiques. Ces dernières sont aussi boostables en dépensant quelques points de motivation, lors de petits entraînements accessibles à différents points de la map.

En somme, on retrouve dans Inazuma Eleven 2 de nombreux éléments similaires à son prédécesseur. Que ce soit au niveau du gameplay ou du recrutement, le jeu fait clairement honneur à ses origines, mais ne prend pas véritablement de risque. Plus de nouveautés auraient été appréciées, afin d’être surpris par autre chose que la claque scénaristique et les nouvelles techniques.



Prolongations

Graphiquement, on a, ici aussi, droit à la même chose que dans le premier opus. Toutefois, cela ne déplaira pas vraiment aux joueurs, puisque les graphismes restent agréables et colorés, avec des animations bien fichues lors de l’exécution des techniques. Plaisir intact, les scènes d’animations qui ponctuent l’histoire sont toujours aussi bien réalisées, et l’on reconnaît bien la patte artistique du studio. Certains passages sont d’ailleurs entièrement doublés en français, et même si quelques personnages ont une voix un peu étrange, l’effort est assez louable et appréciable pour le souligner.

Côté musique, on reconnaîtra des thèmes déjà entendus, mais aussi de nouvelles compositions à la qualité variable. Allant du passe-partout à la musique entêtante, le jeu sait varier les plaisirs. Mention spéciale à la cinématique d’introduction, entièrement chantée en français, qui en traumatisera un bon paquet, mais qui rappellera à d’autres la sensation indescriptible ressentie à l’écoute d’un générique de dessin animé des années 80/90.



Le multi, quant à lui, reste limité au local. Aucun affrontement en temps réel n’est réalisable en ligne, malgré la présence du Contact Mode, permettant de jouer offline face à l’équipe d’un adversaire, dont on aura préalablement téléchargé les informations. L’échange de joueurs aurait pu avoir un intérêt plus poussé si les nuances entre les deux versions du titre n’étaient pas si minimes, mais seuls quelques personnages sont exclusifs à leurs versions respectives. Les autres différences résident dans l’affrontement d’une équipe spéciale, et le déroulement d’une histoire d’amour sans impact.

Enfin, saluons la durée de vie, franchement raisonnable, avec une vingtaine d’heures au compteur pour boucler l’aventure principale. De nouvelles épreuves attendront toutefois les joueurs désirant aller plus loin, grâce à un tas de matchs amicaux à disputer, offrant plus de challenge que les confrontations de l’histoire. Et puis, bâtir un onze de légende, trouver des techniques imparables, booster les stats des personnages, mine de rien, ça prend quand même pas mal de temps !


Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Level-5
Développeur
  • Level-5
Genre
  • RPG - Sport
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   16 mars 2012
  
   1 octobre 2009

En lien avec l'article
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016