Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Dillon's Rolling Western fait partie de ces jeux que l’on attend pas vraiment, mais qui surprennent agréablement. Au départ assez minimaliste, le titre s'avère finalement complet et plein de surprises. Savant mélange d’action et de Tower Defense. Défoulant, mais intelligent. La dernière production de Vanpool propose donc une expérience originale et de qualité pour seulement dix euros. A ce prix là, inutile de réfléchir... il faut foncer !
award
Verdict !

Les +


  • Un excellent défouloir
  • Mélange des genres efficace
  • Rapport qualité / prix
  • Complet et très fun
  • Bonne durée de vie
barre

Les -


  • Un peu répétitif
0 commentaire(s)
Dillon’s Rolling Western
Par Draco & Kayle Joriin, le 01 Mar 2012

Dans le cercle très fermé des bons jeux dématérialisés, la 3DS ne peut pas encore se targuer de compter beaucoup de prétendants. Pourtant Nintendo a flairé le bon coup en éditant la dernière production du studio Vanpool, Dillon's Rolling Western, en exclusivité sur l'eShop. Ce jeu d'action et de stratégie, qui semblait répétitif aux premiers abords, s'affirme en effet comme un excellent titre, tout en étant disponible pour seulement dix petits euros. Difficile à ce prix là de bouder son plaisir.



Tours de cochons.

Le concept de Dillon's Rolling Western est simple : il s'agit de défendre des villages contre des vagues successives d'ennemis. Ce principe de jeu, appelé le Tower Defense, existe depuis les années 90, mais a largement été démocratisé par des jeux comme Starcraft ou Warcraft III. Dans le cas présent, on incarne le ranger Dillon, un tatou énigmatique et taciturne, qui semble parodier l'un des plus célèbres héros du Western Spaghetti : un certain cow-boy ayant notamment fait ses armes dans la trilogie du dollar (Pour une Poignée de Dollars / Et Pour Quelques Dollars de Plus / Le Bon, la Brute et le Truand). Comme tout bon héros, Dillon est accompagné de son indispensable acolyte, un écureuil débile et très causant nommé Noisette, qui se balade au dessus des plaines dans un engin volant rappelant l'autogire de Mad Max 2 (pour rester dans le cinéma). Parcourant l'Ouest sauvage en quête de causes à défendre, les deux compères sont bien décidés à aider les villages qui subissent les attaques de monstres de pierre dévorant leur bétail (des espèces de cochons sauvages nommés Briochons). Ultime dernier espoir des faibles et des opprimés, le courageux ranger va donc tout faire pour protéger les villageois et leurs bêtes... Moyennant finances, bien entendu.


Pour bien saisir le gameplay et l’ambiance de Dillon's Rolling Western, il faut d’abord imaginer un petit village disposant de plusieurs entrées (généralement trois) et face à lui une vaste plaine balayée par les vents. On y trouve des tours de guet, des mines, des herbes pour Briochons (qui permettent de faire grossir le troupeau), des cryptes, des ponts et des rivières. Tout ce qui peut caractériser l'Ouest américain, en fait. Du moins dans sa vision un peu fantaisiste imaginée par les développeurs. Les attaques des monstres n'ayant lieu qu'à la tombée de la nuit, le premier objectif de Dillon est donc parcourir la plaine le plus vite possible pour reconnaître le terrain et récupérer de quoi défendre le village. Tout à fait capable de se balader sur ses deux jambes, notre tatou préfère toutefois se rouler en boule et utiliser sa carapace pour casser des rochers ou terrasser ses ennemis. Pour ce faire, il suffit de déplacer son stylet sur l'écran tactile et de le maintenir appuyé quelques secondes afin que Dillon charge un boost qui lui permet d'avancer nettement plus vite. Oui, le hérisson bleu n’est pas si loin.



Cette phase d'exploration de la plaine permet notamment de découvrir différentes mines et d'y extraire des minerais en brisant les rochers qui s'y trouvent. De retour au village, ces minerais peuvent être revendus plus ou moins cher, mais peuvent également servir à construire des barrières de protection pour le village. Cela dit, l'argent récolté sert surtout à construire, perfectionner et réparer des tours de défense, dont le nombre et la position varient selon le village. Au départ, toutes sont faites de bois et certaines nécessitent même carrément d'être reconstruites. Si nos finances nous le permettent, il est toutefois possible de les améliorer en remplaçant le bois par du fer ou de l'acier, mais également de les équiper de différentes armes plus ou moins adaptées à la situation, comme un gros fusil (puissant, mais à la portée réduite), une mitrailleuse Gatling (faible puissance, tir fréquent et portée moyenne) ou un canon (puissant et couvrant une large distance, mais passablement lent). Chacune de ces armes coûte évidemment plus ou moins cher et comme les fonds sont limités, il faut donc armer ses tours de façon intelligente en fonction de leur emplacement. Par exemple, mettre un fusil sur une tour excentrée, qui n'est donc pas sur le passage direct des ennemis, reviendra à jeter son argent en l'air vu la faible portée de l’engin.



Le tatou sifflera trois fois

Les attaques des monstres se déroulant sur trois jours et trois nuits, il est nécessaire de bien analyser la façon dont les ennemis s'en prennent au village lors de la première journée, car ils emploieront à peu près la même stratégie les jours suivant. Suite au premier assaut, il est donc pertinent de passer en revue les différentes tours et leur armement afin de s'adapter à la situation. Par exemple, si les monstres se sont concentrés sur l’entrée Ouest du village, renforcer les défenses de ce coté s’avèrera certainement nécessaire, quitte à délaisser d’autres secteurs de la carte. En bon Tower Defense, Dillon’s Rolling Western nécessite ainsi un minimum de réflexion et de stratégie. Il est certes tout à fait possible de finir les premiers villages sans trop de problèmes, mais il n'en sera pas de même dans les derniers. Alors autant adopter un point de vue stratégique immédiatement.


#row_end
En pratique, l’imminence d’une attaque est marquée par l’assombrissement du ciel, qui vire finalement au rouge sang. Il faut alors se dépêcher de faire les derniers ajustements et de passer au village si nécessaire, car une fois que l’attaque commence les portes restent closes. Les monstres de pierre affluent alors par vagues successives avec pour seul objectif d'investir le village et y manger tout les Briochons. Dillon doit donc s’attacher à éliminer les bestioles une à une, tout en gérant leur avancée sur plusieurs fronts, et c’est à ce moment là que le placement et l’amélioration des tours prend toute son importance. Les niveaux sont en effet plutôt vastes et se déplacer d’un bout à l’autre de la carte prend tout de même un certain temps. Temps que les ennemis mettent à profit pour foncer vers le village et bouloter les Briochons. Pendant que Dillon s’occupe d’une bande d’ennemis à l’Ouest, d’autres peuvent donc arriver par le Nord et il faut avoir prévu le coup en y plaçant des tours de défense qui descendront les assaillants passant à leur portée. Certains monstres, oubliant momentanément la perspective d’un bon repas, peuvent toutefois s’attaquer directement aux tours pour tenter de les abattre. Une notification apparaît alors et il faut revenir au triple galop pour défendre la tour, afin qu'elle ne soit pas détruite et que l'investissement financier réalisé ne soit pas réduit à néant.



Bien entendu, les vagues d’ennemis sont composées de créatures différentes, certaines plus résistantes, d'autres plus agiles. Chaque monstre visible à l'écran représente en outre un petit groupe d'ennemis et dès que Dillon rentre en contact avec lui, le combat s’engage. L’affrontement se déroule alors dans une petite arène où notre héros doit atomiser ses adversaires à coup de griffes et de carapace, sachant que certains tenteront parfois de s’enfuir comme de gros lâches. Une fois détruits, les bestioles peuvent lâcher du minerai, mais également des coeurs qui permettent de restaurer la santé de Dillon. Les combats étant de plus en plus rudes au fil de l’aventure, il convient d’ailleurs de bien gérer sa jauge de vie en récupérant ces fameux coeurs ou en achetant des mixtures au village. Il est même possible de visiter certaines cryptes pour y récupérer des fragments de coeur qui, une fois assemblés, permettront d’augmenter sa jauge, un peu à la manière d’un Zelda. Une comparaison flatteuse, mais qui ne doit pas nous induire en erreur. Les cryptes restent en effet extrêmement basiques et ne comportent qu’une minuscule pièce de quatre mètres carrés au fond de laquelle se trouve le coffre tant convoité. Il ne faut donc pas espérer y trouver une quelconque forme d’exploration. D’une part, ce n'est pas le but. D’autre part, nous sommes sur un jeu eShop à dix euros et Noël c'est en décembre...


Et pour quelques brioches de plus

Au final, Dillon’s Rolling Western est donc bien plus orienté vers l’action et le Tower Defense que vers l’aventure et l’exploration, contrairement à ce qu’on aurait pu penser en visionnant les premiers trailers. Toutefois, le gameplay du jeu, bien qu’assez sommaire, se suffit largement à lui-même et s’avère très agréable. Dillon est ainsi plutôt maniable, même si l’utilisation conjointe du pad (pour la direction) et de l’écran tactile (pour l’accélération) demande un petit temps d'adaptation pour être vraiment précis. Notre tatou dispose en outre d'un petit arsenal bien sympathique pour annihiler ses ennemis. Son arme principale reste sa carapace, qu’il est possible d’optimiser en lui rajoutant notamment des pics de différents niveaux de résistance. Toutefois, Dillon peut également s’équiper de divers griffes, foulards ou bottes, ces accessoires étant améliorables au fil de l’aventure.



À la fin de chaque journée, notre héros passe en effet au Saloon pour se détendre. Il est alors possible de se reposer et de passer au jour suivant (ce qui permet de sauvegarder), mais également de discuter avec les habitants et d’accepter différentes missions, comme trouver des minerais spéciaux ou tuer un certain nombre d’ennemis d’une manière bien précise. Toutefois, il faut noter que le succès de ces missions n’est pas assuré et qu’un échec sera sanctionné financièrement. Enfin, toujours lors de ces visites au Saloon, Dillon peut échanger ses précieux deniers auprès d’un marchand qui lui fournira armes et accessoires. Plutôt pédagogue pour un crotale, ce marchand offre même la possibilité de tester les capacités nouvellement acquises afin d’en appréhender immédiatement l’usage. Les griffes permettent par exemple de réaliser des enchaînements en appuyant au bon moment sur l’écran tactile après un coup de carapace. Dillon peut alors abattre les ennemis plus rapidement et éviter ainsi qu’ils ne s’en prennent aux Briochons. Dans tous les cas, il faut noter que les différentes attaques disponibles sortent plutôt facilement et que leur apprentissage est aisé, ce qui témoigne d’un réel soin apporté au gameplay et à sa finition.

Une fois un village nettoyé, un tableau final de statistique apparaît, donnant le score général, le temps mis lors de chaque journée pour venir à bout de la vague d'ennemis, et quelques autres paramètres, comme la réussite des missions. En fonction de ces différents éléments, un nombre d'étoiles nous est alors attribué, accompagné d'une somme d'argent qui vient s’ajouter à notre pécule. Il faut toutefois noter qu’il est impossible d’obtenir toutes les étoiles d’un village du premier coup et les adeptes du 100% devront donc revenir dépenser l’argent gagné au cours de l’aventure afin d’optimiser leurs défenses. L’occasion également de mettre à profit les armes que Dillon aura débloqué dans les villages suivants. Ce concept permet au jeu de proposer une bonne rejouabilité et une durée de vie intéressante. Il faudra en effet compter une bonne vingtaine d’heures pour obtenir toutes les étoiles dans la dizaine de villages disponibles, ce qui est loin d’être ridicule pour un jeu vendu seulement dix euros.



Pour finir, même si ce n'est pas ce qui attire en premier dans un Tower Defense, il faut bien avouer que le jeu s'avère plutôt soigné graphiquement. Ainsi, bien que l'eShop ne se prête pas forcément aux débauches technologiques et que le jeu fasse souvent dans le recyclage, on est sans doute face à l'un des plus beaux titres du catalogue, avec notamment un effet 3D très bien géré. Dillon's Rolling Western est en outre servi par de bons bruitages et de petites musiques western de circonstances. Du bon boulot !
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Vanpool
Genre
  • Action - Réflexion
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   23 février 2012
   22 février 2012
   22 février 2012

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016