Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Zelda Spirit Tracks commet à nouveau les mêmes erreurs que son grand frère. Pardonnable pour une première aventure sur DS, qui proposait pour la série un énorme plus, celui de l’apport du tactile, aujourd’hui Zelda ne surprend plus. Réalisation, durée de vie, mécaniques de jeu, ce Zelda apporte très peu à la saga et n’est seulement recommandable qu’aux fans et à ceux qui n’ont jamais touché à un Zelda de leur vie. Un bon jeu mais un mauvais Zelda, on attend à présent que la série réagisse vite lors de sa prochaine apparition sur Wii.
Verdict !

Les +


  • De très belles musiques
  • L’instrument très sympa
  • Pour ceux qui aiment jouer au train dans le train
barre

Les -


  • L’effet 1.1
  • Énigmes vieillottes
  • Esthétique poussiéreuse
  • Faible durée de vie
  • À quand un Zelda 64 like sur DS ?
7 commentaire(s)
The Legend of Zelda : Spirit Tracks
Par CooLJeDi, le 12 Jan 2010

Fini la grande bleue, direction à présent les chemins de fer pour ce second Zelda sur DS. Au menu, il sera question comme toujours de donjons, princesses et coffres au trésor, soit le plat quotidien de n’importe quel aventurier en herbe. Mais après un premier épisode qui a vraiment fait parler de lui et dans tous les sens du terme, ce dernier né arrivera-t-il à s'imposer comme le Zelda sur consoles portables, place toujours trustée par l'inoubliable Zelda : Link's Awakening sorti en 1993 sur GameBoy ?

Link, un petit raï ?


Ne tergiversons pas sur le scénario, une fois de plus on aura droit à du menu fretin pour les habitués de la saga : un monde en péril, des temples à visiter, libérer les sceaux de puissances démoniaques. Bref, comme d’habitude, on pourrait résumer le scénario de ce Zelda sur le recto d’un post-it et pas besoin d’écrire petit… Originalité de cet épisode, on retrouve notre brave Link sous la casquette d'un conducteur de train ! En effet, tout commence au château d'Hyrule avec la remise du diplôme de cheminot, et par la princesse Zelda en personne s'il vous plait ! Mais il faudra bien vite croiser le fer pour déjouer le complot machiavélique du ministre Kimado et de son comparse Maître Traucmahr. Et comme Spirit Tracks se déroule seulement quelques décennies après Phantom Hourglass, attendez vous à de nombreux clins d’œil au précédent épisode. Du coup, Nintendo n’y est pas allé par quatre chemins : l’univers de ce Zelda suit rigoureusement les voies du précédent épisode qui, déjà à l’époque, était un copié-collé en bien moins réussi de Zelda Wind Waker. Les amoureux de ‘‘Celda’’ (pour cel-shading) seront donc en terre connue, avec une ambiance très légère à l’opposé d’un Twilight Princess Wii. Prévoyez donc à nouveau une grosse dose de dérision et d’humour, comme pour ses prédécesseurs. Dans l’ensemble on évoquera tout de même un univers avec plus d’identité et de cohésion que dans Phantom Hourglass, qui faisait un peu melting-pot d’îles sans identité se ressemblant pour certaines comme deux sous.

La saga Zelda en train-couchette

Les déplacements en train à travers la contrée d’Hyrule sont sans conteste la grosse nouveauté de cet épisode. Dès le départ il faudra pour se déplacer prendre sa locomotive, évolutive comme le bateau de Phantom Hourglass, pour parcourir le royaume. Du coup, on perd sacrément en liberté puisque pour aller d’un point A à un point B, il faudra suivre un trajet rectiligne dans un monde ouvert en 3D et qui de plus, est assez pauvre en interactions. Oui, on aura toujours droit à quelques ennemis à dégommer, des rubis par ci par là à dénicher, mais comme pour les voyages en bateau, très vite un sentiment de lassitude s’installe. Heureusement, Nintendo nous a ressorti un système de customisation pour le train avec en prime une chasse aux lapins planqués aux quatre coins d’Hyrule. Toujours pour les amateurs de collectionnite aiguë, tous les lieux visités ont une stèle où vous pourrez tamponner votre carnet de voyage. Enfin, même si l’idée du train peut paraître bonne de prime abord, on finit tout de même par se demander quand est-ce qu’on pourra à nouveau fouler librement à pied le monde d’Hyrule, façon Zelda Minish Cap ou Zelda 64.


Qui dit Zelda dit forcément donjons et objets aux capacités les plus étranges qui soient. Commençons par ces derniers. Déception, ce sont toujours les mêmes qui nous sont servis : grappin, aspirateur, boomerang, arc, bombes… et par conséquent, de nombreuses mécaniques de gameplay sont à nouveaux présentes (allumer des interrupteur dans un ordre précis, utiliser l’aspirateur pour se déplacer dans l’eau…). Ce syndrome, qui se faisait déjà sentir dans les derniers épisodes, est vraiment ici omniprésent, un total manque d’inspiration de la part de Nintendo dans la conception d’objets aux capacités et aux mécaniques de jeu sympa. Et du coup, l’impression de déjà vu s’accompagne ici d’une impression totale de déjà joué pour les habitués de la série. Continuons par les donjons, heureusement ils ne sont pas aussi pathétiques que dans le précédent qui se torchaient en cinq minutes, montre en main. Plus grands de façon générale, avec des énigmes certes toujours aussi antédiluviennes mais qui demandent un peu plus de fil à retordre. Mention spéciale pour les boss qui impressionnent toujours et restent très sympa dans l’ensemble à combattre. Même si on est encore loin du level-design et de la complexité qui va de mise d’un Zelda 3, pour ne citer que lui, Nintendo a revu sa copie dans Spirit Tracks. Et pour rassurer les nombreux détracteurs de l’abominable temple du temps de Phantom Hourglass, heureusement il n’est plus d’actualité ici. Bon, on aura droit à un autre temple central, la tour des dieux qu’il faudra revisiter après chaque temple, mais plus besoin de se retaper à chaque fois son ensemble pour avancer dans le jeu.

Zelda déraille à nouveau

Que reste-t-il à ce Zelda pour se démarquer de ses illustres prédécesseurs ? Univers niais et exploration réduite à sa simple expression, mécaniques de jeu déjà vues et revues… Ne comptez pas non plus sur sa durée de vie. En ligne droite, comptez une petite dizaine d’heures pour les hardcore-gamers, un peu plus pour les débutants. C’est sûr que cinq donjons plus le temple central, c’est vraiment le minimum syndical que nous propose Nintendo. La maniabilité au stylet reste assez ergonomique, même si on n’atteint toujours pas la précision d’une bonne croix multidirectionnelle. Si on se déplace sur des plateformes, ou qu’on est près d’un précipice, de nombreuses fois on tombe à cause de l’imprécision du stylet, qui empêche aussi de sortir l’attaque tourbillonnante correctement. Nintendo a tout de même allégé la commande bancale de la roulade qui sortait une fois sur dix dans Phantom Hourglass : plus de cercles à faire au bord de l’écran, désormais deux clics sur l’écran tactile suffisent. On respire enfin.

Passons à la réalisation. Là aussi, à moins de jouer au jeu des sept différences, il est très difficile d’apercevoir un quelconque progrès par rapport à Phantom Hourglass, un jeu pourtant vieux de deux ans. Que ce soit en vue principale ou lors des cut-scenes, on retrouve cette bouillie de pixels caractéristique des jeux 3D sur DS. Et ce ne sera pas les voyages en train qui changeront ce triste constat technique. En effet, les paysages sont vides, un peu comme les temples ou les villages qui sont assez dépouillés. Étrange constat technique pour une plateforme supposée aussi puissante qu’une Nintendo 64. On peut se poser la question : pourquoi s’entêter à développer des Zelda 3D moches et ne pas plutôt opter pour une 3D façon Zelda 64, voire de la 2D qui rendrait beaucoup plus justice à la portable de Nintendo ? Pour finir sur une note positive, on retiendra la bande-son vraiment excellente et la présence d’un instrument sympa. Mais ce ne sont que deux arbres cachant la forêt de défauts du dernier Zelda de Nintendo.

Afficher / Masquer les commentaires
7 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le mardi 28 mai 2013 à 09:06

Le pire Zelda de ces dernières années ?
a dit le mardi 28 mai 2013 à 09:42

Et encore on a censuré injustement ma note hibouc.gif Je me rappelle lui avoir mis 12/20 sur mon 1er draft. Mais sinon oui c'est clairement le moins bon des Zelda excepté les ''jeux'' sur CDI. Tout est poussif dans ce jeu, la seule chose que j'ai trouvé vraiment réussi est la bande son qui s'ouvre vraiment, on quitte un peu les thèmes classiques de la série pour proposer quelques chose de différent. Enfin il n'y aurait pas eu écrit Zelda sur la boite, je ne suis pas certain qu'on aurait parlé de ce jeu...
a dit le mardi 28 mai 2013 à 10:00

Je le préfère largement à Phantom Hourglass personnellement... Mais sinon oui, clairement en deça des autres.
a dit le mardi 28 mai 2013 à 12:53

J'ai apprécié quand même son donjon central moins relou à explorer que celui de PH. Y avait plus de raccourcis et on n'était plus limité par le temps si mes souvenirs sont bons.
a dit le mardi 28 mai 2013 à 13:16

Je l'ai même pas fini tellement il était nul. sad.gif

PS : le lien est mort.
a dit le mardi 04 juin 2013 à 20:59

Non il n'est pas mort le lien, les liens dans le forum ne fonctionne pas pour l'instant, on va réparer ce bug mais il y en a d'autres en priorité sur lesquels nous travaillons actuellement !
a dit le mardi 04 juin 2013 à 21:19

Citation (Timinou @ mardi 28 mai 2013, 10:00)
Je le préfère largement à Phantom Hourglass personnellement...


Pareil. Phantom Hourglass est sans doute le Zelda que j'aime le moins. Bon, je n'ai pas testé les épisodes CDi, mais je n'ai visiblement rien manqué. damnerd.gif

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Nintendo
Genre
  • Action - Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   11 décembre 2009
   7 décembre 2009
   23 décembre 2009

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016