Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Another Code R fait partie de ces jeux qui plaisent ou ne plaisent pas. Pour certains, il ne s'agira que d'un roman longuet et peu interactif qui, malgré de bonnes idées, ne se montre pas suffisamment intéressant pour qu'on lui prête attention. D'autres découvriront de nombreux lieux à traverser, des personnages attachants, des énigmes sympathiques, et bien sûr un scénario intéressant et riche servi par de nombreux dialogues. À vous de voir dans quel camp vous vous trouvez, mais si vous parvenez à vous faire happer par son ambiance, vous n'en ressortirez pas de sitôt.
Verdict !

Les +


  • Un style graphique très agréable
  • Des nombreux personnages intéressants
  • Un scénario riche et captivant
  • Une durée de vie élevée pour le genre
barre

Les -


  • Une quantité de texte qui en rebutera certains
  • Pas de doublage.
  • « Il y a une chaise. »
0 commentaire(s)
Another Code : R
Par Tails, le 20 Juillet 2009

Sorti en 2005 sur DS, Another Code était parvenu à créer la surprise grâce à son gameplay exploitant intelligemment les capacités de la DS et son scénario prenant. Cette fois, c'est sur Wii que l'aventure d'Ashley continue, dans un nouveau lieu tout aussi rempli de mystère que celui qu'elle a visité sur DS. Ce nouvel épisode saura-t-il pour autant toujours nous étonner, alors qu'il sort relativement tard dans la vie de la console ?

Meurtres et trahisons

Dans Another Code : Mémoire Doubles, la jeune Ashley recevait un message de son père qu'elle n'avait plus vu depuis dix ans. Celui-ci lui demandait de la rejoindre sur une île afin de lui parler d'un projet que lui et sa mère avait commencé à développer et qu'il avait enfin terminé seul. Car la mère d'Ashley était morte alors que celle-ci n'avait que trois ans, assassinée sous ses yeux par un homme venu lui voler les secrets de ce projet. Après de nombreuses péripéties, la jeune fille finit par retrouver son père et découvre la machine sur laquelle il travaillait : Another, un engin capable de manipuler la mémoire de tout individu pour modifier et supprimer des souvenirs. D'abord pensé comme une aubaine pour ceux incapables d'oublier des souvenirs traumatisants, il est vite paru évident qu'il aurait pu servir à des dessins beaucoup plus sombres. Conscient de ce problème, les parents d'Ashley arrêtèrent son développement, ce qui n'était pas du goût de tout le monde. Sur l'île, la jeune fille découvre enfin qui a tué sa mère et pourquoi : son meurtrier voulait retrouver les plans d'Another et en reprendre le développement. Bill, l'homme ayant commis ce crime, meurt sur l'île en tombant dans une crevasse. Ashley et son père rentrent enfin chez eux après avoir découvert la vérité, les deux étant bien décidés à rattraper le temps perdu.

Deux ans plus tard. Ashley a maintenant seize ans et vit une vie de lycéenne somme toute assez normale. Pour autant, son père n'est pas plus présent qu'avant : il retourne très vite travailler dans une autre entreprise, JC Valley, spécialisée dans les recherches sur la mémoire. Malgré sa promesse de revenir tous les week-end, il finit par ne même plus rentrer chez lui, ni même contacter Ashley. Pourtant, un jour, celle-ci reçoit un message de la part de son père lui demandant de venir camper avec lui à Lake Juliet, lieu où s'est installé JC Valley. D'abord réticente et surprise par une invitation si soudaine, la jeune fille décide de s'y rendre afin de pouvoir parler à son père en face, et de lui avouer tout ce qu'elle a sur le cœur concernant ses absences répétées. Et c'est là que les ennuis commencent.

À peine descendue du bus, Ashley se fait voler son sac, ne contenant pourtant aucun objet de valeur. Puis, en allant rejoindre son père, elle subit soudainement un flashback devant l'entrée du camping : elle se voit elle, à trois ans, ainsi que sa mère, devant la même entrée. Ces flashbacks vont se répéter et devenir de plus en plus présents. Sa mère serait-elle déjà venue ici avec elle ? Et si oui, pour quelles raisons ? Bien décidée à en apprendre plus sur sa mère, Ashley décide de mener l'enquête afin de retrouver d'autres souvenirs. D'autant que le camping avec son père tourne court, celui-ci étant appelé pour un travail urgent, ne lui fournissant que très peu d'explications concernant cette invitation. Finalement, Ashley rencontrera aussi un jeune garçon, Matt, ayant fugué de chez lui et parti à la recherche de son père, disparu il y a cinq ans à Lake Juliet. Bref, Ashley va devoir composer avec les fragments de mémoire concernant sa mère, l'aide qu'elle désire apporter à Matt pour trouver des indices sur son père, le vol de son sac, et les multiples personnages qu'elle va rencontrer à Lake Juliet. Ces vacances s'avèrent plus agitées que prévu...

Si vous ne vous en étiez pas encore rendu compte, Another Code R possède un scénario prenant une place prépondérante dans l'aventure. Même s'il peut sembler mou et basique au départ, il se dévoile au fur et à mesure beaucoup plus intéressant et riche. Car plus Ashley avance, plus les découvertes qu'elle va faire vont lui rappeler d'autres souvenirs, et l'aider à comprendre tous les évènements de sa vie, à commencer par le meurtre de sa mère, qu'elle croyait pourtant résolu. Cette place privilégiée, le scénario l'exploite en faisant de Another Code R un jeu extrêmement fourni en terme de texte. Les dialogues sont très nombreux, tout comme les réflexions d'Ashley lorsqu'elle essaie de recoller les morceaux de ses souvenirs. Un aspect qui risque de rebuter certaines personnes allergiques à la lecture lorsque cela dépasse quelques cinématiques. Du fait, certains pourront considérer Another Code R comme un roman interactif, même s'il est bien plus que ça. Du fait, si lire de nombreux dialogues, comme dans tout bon jeu d'aventure, vous rebute, vous pouvez sans doute d'ores et déjà abandonner Another Code R. Pour les autres, ils découvriront une histoire beaucoup plus complexe qu'au premier abord. Et d'autres choses encore...

Explorer et observer

Another Code R est un point and click, un jeu dans lequel on contrôle un personnage dans différents décors que l'on doit fouiller de fond en comble, afin de trouver de nouveaux objets utiles pour faire avancer l'aventure et où l'on passe aussi beaucoup de temps à parler à d'autres personnages pour en apprendre plus sur chacun. Même s'il garde cette base, Another Code R possède un gameplay un peu différent de la plupart des jeux point and click, divisé en deux phases : celles d'exploration et celles d'observation.

Les phases d'exploration se déroulent en général en extérieur, à Lake Juliet. Ashley se déplace dans de nombreuses parties du lac, et peut y faire quelques découvertes, même si la plupart du temps il s'agira surtout de se rendre à un autre endroit bien précis. Dans cette phase, Ashley se déplace sur un plan 2D, et peut donc aller à gauche ou à droite. Contrairement aux jeux point and click habituels, il ne s'agit donc pas de pointer là où vous désirer aller, mais d'appuyer sur une touche de direction du pad directionnel. Pour autant le chemin n'est pas forcément linéaire, puisqu'il existe de nombreux embranchements pour se rendre à d'autres endroits. Il est ainsi possible de suivre un chemin à l'avant ou à l'arrière de l'écran, afin d'explorer les multiples recoins de Lake Juliet. Ce gameplay, plus limité que dans un point and click habituel, demande un petit temps d'adaptation mais se montre ensuite très agréable à jouer. Inutile de pointer l'écran à longueur de temps et de passer son temps à cliquer, il suffit de maintenir une direction. Cela permet d'offrir des environnements très vastes, contrairement à certains jeux point and click où la zone d'exploration est réduite à quelques écrans parfois fixes.#row_end

La deuxième phase, celle d'observation, se déroule plutôt en intérieur. Le gameplay se rapproche alors un peu plus d'un point and click classique. Les objets pouvant être observés sont réunis en groupes : passer la Wiimote sur un groupe le fait se colorer en jaune, cliquer dessus permet de s'en approcher et d'observer chaque objet individuellement, voir de le prendre ou de s'en servir selon le contexte. Cependant, là aussi les mouvements sont limités : Ashley se trouve au centre de la pièce, et tourne sur elle-même à 180° afin d'en observer chaque recoin, à l'aide là aussi des touches gauche et droite. Il n'est donc pas possible de se déplacer dans la pièce, mais cela permet aussi d'être sûr de pouvoir tout observer et de ne rater aucun objet. Car il faut prendre garde à tout observer, certains objets insignifiants pouvant se révéler très utiles par la suite, d'autres pouvant être cachés dans des tiroirs. Et c'est là qu'un des défauts du jeu apparaît : même si beaucoup d'objets peuvent être observés, Ashley passe son temps à les décrire sans apporter la moindre information. « Il y a une chaise », « Il y a une table », « Il y a une assiette. Elle est en porcelaine ». À l'exceptions de quelques objets bien précis, les descriptions apportées par Ashley n'apporte rien de plus que ce que l'on peut voir. Bien sûr, le ton général du jeu l'empêche d'offrir des descriptions humoristiques à longueur de temps, et on fini par s'habituer à ces évidences constantes, mais un effort pour étoffer un peu plus chaque description aurait pu être fait.
Ces deux phases de gameplay sont donc celles qui vous occuperont la plupart de temps. Agréables l'une comme l'autre, elles sont bien équilibrées, ce qui fait que l'on passe autant de temps à se promener qu'à observer. Cependant, Another Code R ne saurait être un point and click sans personnages à qui parler, et bien sûr, sans énigmes à résoudre.

Discuter et réfléchir

Comme dit plus haut, les dialogues de Another Code R sont nombreux. Vous croiserez beaucoup de personnages à Lake Juliet, que ce soit en exploration ou en observation d'ailleurs. Le jeu utilise un système de split screen bien pensé, permettant de voir les réactions de chaque personnage de près. D'un côté Ashley, de l'autre son interlocuteur, tout simplement. Cette phase de jeu permet d'ailleurs de se rendre compte de la direction artistique choisi par les développeurs. Légèrement cell-shadés, les personnages se montrent très beau sans pour autant approcher d'une quelconque façon le photo-réalisme. Ce choix leur permet surtout d'exprimer des émotions de façon très claire, apportant encore à l'immersion. Par contre, et c'est un problème un peu gênant, ces phases de dialogues sont plutôt linéaires. Pas d'arbres de conversation comme dans la plupart des jeux point and click, il faut en général se content de lire ce que disent les personnages. Parfois, il sera possible d'influencer légèrement le dialogue en répondant à une question, en choisissant la réaction qu'aura Ashley, mais il n'y a toujours que deux choix possibles et cela ne changera jamais significativement le dialogue. De même, il est parfois possible de rebondir sur un sujet mentionné par le personnage pour demander des explications, mais il s'agit plus là d'une obligation qu'autre chose, l'histoire n'avançant pas tant que tous les sujets n'ont pas été discutés. Bref, il est clair que de ce côté, Another Code R aurait pu en demander plus au joueur. Cependant, ce point ne gêne pas non plus une fois que l'on est habitué au torrent de texte du jeu et que l'on est bien ancré dans le scénario.

Reste enfin les énigmes, très présentes comme dans tout jeu d'aventure. Comme d'habitude, Ashley possède un inventaire où elle pourra combiner et observer les objets, pour ensuite les utiliser sur son environnement. La résolution des énigmes se fait en général en faisant appel aux capacités de la Wiimote, d'une façon assez amusante mais moins originale que ce qui se faisait sur DS : le premier était sorti au tout début de la vie de la console portable, alors qu'Another Code R arrive à un moment où la Wiimote a déjà été exploitée de multiples façons. Les énigmes, d'ailleurs, sont la plupart du temps logiques, nécessitant toujours un minimum de réflexion sans pour autant être évidentes à chaque fois. De plus, Ashley possède deux objets bien particuliers avec elle : la DAS et la TAS. La première rappellera quelques choses aux amateurs du premier épisode, puisqu'elle était y déjà présente. Reprenant la forme d'une DS dans le premier épisode, et relookée pour ressembler à une DSi ici, cette machine à tout faire sera surtout utile à Ashley pour prendre des photos des lieux et documents observés. Pas simplement pour le plaisir, car ces photos peuvent ensuite être assemblées et superposées pour résoudre des énigmes. La TAS, quant à elle, possède une toute autre utilité, puisqu'elle va servir à ouvrir les portes verrouillées par des lecteurs de carte, très nombreuses dans le jeu. Celle-ci reprend la forme, devinez quoi, d'une Wiimote ! Utilisée sur une porte fermée, la TAS demande ensuite d'entrer une série de touches pour pouvoir la déverrouiller. Classique au premier abord, cette séquence se montre au fur et à mesure de plus en plus tordue : on vous demandera par exemple d'appuyer sur les touches A-1-3-B. Les plus attentifs auront remarqué qu'il n'y pourtant aucune touche 3 sur la Wiimote. Comment faire ? Simple : appuyer sur 1, puis sur +, puis sur 2. La TAS se montre alors comme une façon amusante d'exploiter les boutons de la Wiimote, avec des énigmes simples mais amusantes.

De manière générale donc, Another Code R se montre assez classique dans son déroulement : exploration de lieux, observations des objets, dialogues et résolution d'énigmes. Pour autant, chacune de ces phases se montre agréable et originale dans son gameplay, même si les dialogues sont plutôt passifs la plupart du temps. Comme pour le premier épisode, Cing parvient à reprendre les codes du genre et à leur ajouter de nouveaux éléments.

Un jeu à ne pas oublier

Il est clair qu'Another Code R ne se destine pas à tout le monde. Avec ses nombreux dialogues, conduisant à des kilomètres de texte, il ne pourra pas contenter ceux qui n'aiment pas rester passifs devant leur écran pendant un certain temps afin de voir une histoire se développer. Du fait, même si le scénario est intéressant, les phases de gameplay elles-mêmes contiennent assez peu d'action, bien que la fin du jeu vienne tout rattraper. Pour ceux-là, Another Code R ressemblera plus à un exercice de lecture fatiguant au scénario un peu trop torturé, lorgnant plus du côté du roman interactif que du vrai jeu.

Ceux qui parviendront pourtant à s'accrocher découvriront un jeu d'aventure très intéressant, dans la veine des autres jeux Cing, ou encore de la série des Ace Attorney, elle aussi très riche en texte. Une fois bien immergé dans l'ambiance, les quelques défauts du jeu disparaissent bien vite, et on prend plaisir à parcourir Lake Juliet pour y faire de nombreuses rencontres et découvertes. Certes donc, il ne s'agit pas là d'un jeu parfait, et de nombreux point and click lui sont supérieurs. Pour autant, cela n'enlève rien à ses qualités, qui lui permettent en plus d'être agréables pour tous, joueurs occasionnels comme core gamers, à partir du moment où un peu de lecture ne leur fait pas peur. Bref, Another Code R se destine à une catégorie de joueurs bien précise, mais cette catégorie y découvrira une excellent surprise.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Wii
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • CING
Genre
  • Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   26 juin 2009
  
   5 février 2009

Site officiel
http://www.nintendo.co.jp/wii/rnoj/index.html
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016