Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Il est difficile de donner une note à Harry Potter et le prince de sang mêlé. On ne s'ennuie que dans de rares occasions lorsque l'on joue. Le jeu passe tranquillement et même avec ses défauts de mise en scène, on passera quelques agréables moments. Mais une fois fini on se rend compte que, si on ne s'est pas ennuyé, c'est juste parce qu'on a pas eu le temps. On ne pourra donc même pas donner de jugement « sur la longueur » car on aura déjà fait le jeu en long, en large et en travers. Bref, six pour les quelques efforts pour le gameplay, mais aussi parce que c'est le sixième épisode... Dommage pour EA : il n'y en aura que sept !
Verdict !

Les +


  • La confection des potions
  • La liberté de faire des sorts en mode exploration
  • On ne s'ennuie pas...
barre

Les -


  • Tellement c'est court...
  • Trop court...
  • La réalisation très inégale
  • Le quidditch
0 commentaire(s)
Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé
Par Foine, le 13 Octobre 2009

Cela fait maintenant plus de huit ans que son succès en librairie a fait de Harry Potter bien plus qu'un héros de roman. Ce jeune sorcier est devenu un héros de film, de jeux de société, de jeux de cartes, mais aussi, et c'est cela qui nous intéresse aujourd'hui, de jeux vidéo. La grande majorité de jeux tirés de l'univers Harry Potter étant des adaptations des films, il semblait inévitable que le sixième épisode retraçant la sixième année de Harry à Poudlard, l'école des sorciers, fasse de même. On a donc encore droit à une adaptation du film. Mais les développeurs nous ayant promis des rajouts venant du livre, ainsi qu'une Wiimote qui nous servirait de baguette magique, on ne peut qu'espérer le meilleur pour Harry et ses copains qui, apparemment, nous veulent du bien.

Reducto !

Les films Harry Potter, ainsi que de nombreuses adaptations de romans sur le grand écran, nous ont appris que jamais, au grand jamais, nous n'aurons la totalité de l'histoire du livre condensé en un seul film. On comprend le problème et on l'accepte. Le point négatif de cette histoire c'est que, finalement, les jeux Harry Potter ne faisaient que reprendre l'histoire tronquée du livre que nous offrait le film. Alors qu'un jeu a, lui, la possibilité de nous présenter bien plus d'éléments qu'un simple film. Les développeurs de chez EA ont donc pris rendez-vous avec les fans en annonçant fièrement qu'ils avaient rajouté

des passages du livre au jeu.

C'est donc avec une certaine impatience, que l'on se demande bien quels sont les passages occultés par le film que l'on va pouvoir vivre ici. C'est donc avec beaucoup de déception qu'on s'apercevra que les ajouts, ne sont en fait quasiment que de la publicité mensongère. Les scènes « tirées du livre » n'ont aucun impact sur l'histoire et ne permettront en aucun cas d'en découvrir plus sur l'univers de notre sorcier préféré. Pire que ça, les scènes rajoutées sont parfois inexistantes dans le livre et ne sont là que pour augmenter la durée de vie du jeu. Celles qui, en revanche, sont tirées du livre et absentes du film comme certains matchs de quidditch sont tellement navrantes, comme on le verra plus loin, qu'on aurait préféré ne pas avoir à les jouer.

Mais bon, l'histoire étant à peu près bien retranscrite dans le film on pouvait s'attendre à une narration à la hauteur dans le jeu. Or il n'en est rien. On ne pourra comprendre pleinement l'histoire que si l'on a visionné le film. En effet, les événements sont tellement décousus, les dialogues tellement peu vivants, qu'on aura du mal à « raccrocher les wagons ». Si l'on ajoute à cela une mise en scène totalement exécrable on a du mal à imaginer qu'un gamin de douze ans, n'ayant ni vu le film ni vu le livre, puisse comprendre quelque chose aux événements se déroulant sous ses yeux. Exemple de scène particulièrement confuse : au moment où Harry lance le sort « Sectum Sempra » sur son adversaire, sort normalement mortel engendrant une blessure digne de celle d'une épée à deux mains, on verra juste l'adversaire tomber hors du cadre et se faire soigner par un professeur. Rien de plus, rien de moins. Pas une goute de sang et pas une seule explication.

Mais comment une telle scène à telle pu être réalisée ? Les réalisateurs de jeux ne sont pas sensés être metteur en scène mais, tout être normalement constitué essaierait de créer un récit compréhensible par son prochain ! Bref Harry, ou plutôt ses concepteurs vidéoludique, ne savent pas raconter sa fabuleuse histoire. Heureusement un jeu n'est pas fait que de ça...

Beau comme une baguette taillée au hachoir

Les jeux Harry Potter n'ont jamais repoussé les limites techniques des consoles sur lesquelles ils étaient créés. Mais on avait quand même le droit à une réalisation correcte, sans plus. Il faut croire que ce temps là est révolu. On a aujourd'hui le droit à des décors de qualité acceptable et de taille plus que correcte, ainsi il sera facile de se perdre dans le château. De plus on pourra noter que la progression dans ces décors se fait presque sans temps mort étant donné que les temps de chargement sont particulièrement courts voir même intégrés à notre temps de jeu. Mais là où Harry bat des records, c'est bien dans sa propre réalisation ou dans celle de ses camarades. On reconnaît les acteurs. Ce qui est déjà pas mal quand on sait que leurs cheveux ressemblent à un tas de polygones informes (Dumbledore en tête) et que leur visages ont l'expression de poissons en train de crever dans un évier. On est habitué à ce que la Wii ne nous donne pas des miracles, mais elle est, à minima, aussi puissante qu'une PS2 qui a pu produire les personnages de FFX ! Alors on veut bien être tolérant avec la Wii, mais là, même contre des jeux vieux de plus de sept ans, les personnages sont de mauvaise qualité. De plus, rien ne rattrape la modélisation plus que douteuse de ces personnages. Les décors sont banals, les effets lumineux des sortilèges sont ternes. Bref, du moyen ajouté à de l'exécrable, ce n'est pas très reluisant.

Les musiques en revanche sont tirées du film, et donc, d'assez bonne qualité. On ne s'en souviendra pas vraiment mais leur présence nous aidera à nous transporter dans l'univers. Petit point positif tout de même : la musique présente lorsque Harry boit de la chance liquide a été extrêmement bien faite. Un plus qui ne compense pas, en revanche, l'impact de la réalisation bâclée des personnages sur l'ensemble du jeu. On notera tout de même un effet sympathique, à savoir le flou autour de l'écran lorsque Harry sprinte. Bizarrement on à l'impression d'être plus rapide comme ça que sur un balai quand on joue au quidditch mais bon...

Une baguette en vrai bois de Wiimote

Le scénario n'est pas là, les graphismes non plus. Un dernier point peut sauver Harry : son gameplay qu'on nous promettait réalisé de manière à ce que l'on ait l'impression d'avoir une baguette dans la main plus qu'une Wiimote. Disons le tout de suite, la promesse est cette fois presque totalement respectée. On prendra plaisir à faire voler une multitude d'objets à travers les pièces via quelques coups de Wiimote. On pourra d'ailleurs tout aussi bien casser puis réparer ces objets sans préavis ni difficulté. Bref, dans notre exploration de Poudlard on sera tout de même assez libre dans nos actions et on ne mettra pas longtemps pour retenir comment faire les différents sortilèges et ceci pour deux raisons. La première c'est parce qu'ils sont faciles à exécuter et assez instinctifs. La deuxième parce que seuls trois seront à notre disposition durant les phases d'explorations. Mais le jeu est tout de même plus riche que cela. Ce mode n'est en fait qu'un pont entre toutes les autres manières d'utiliser la magie. #row_end

Ce sont les duels de magie qui constituent la principale (et la plus redondante donc un peu ennuyeuse à la fin) manière d'utiliser la magie. Durant ces duels vous serez mis dans une vue à la mode Resident Evil 4 (ou 5) mais d'un peu plus loin. Vous aurez alors la possibilité de vous déplacer, plutôt lentement, d'esquiver et de jeter des sorts à votre adversaire. Au début du jeu vous n'aurez que peu de sorts à disposition mais cela vous permettra de vous familiariser avec la mécanique de jeu, qui est plutôt simple. Ensuite s'ajouteront à votre panoplie deux nouveaux sorts puissants ainsi que la possibilité de charger votre sort de base. Même limité ce programme aurait pu être alléchant s'il n'avait pas été entaché par les défauts du combo Nunchuk/Wiimote.

En effet, tant que vous n'avez qu'un sort puissant tout va bien. Vous faites le sort de base en secouant la Wiimote et le puissant en envoyant simultanément le Nunchuk et la Wiimote vers l'avant. Vient ensuite le sort de protection qui s'exécute en croisant les deux accessoires. Là on rentre déjà en conflit avec le premier sort puissant et vous vous retrouverez donc à faire l'un ou l'autre, au hasard, quoi que vous fassiez comme mouvement. Quand on ajoute à ça un dernier sort à exécuter en levant la Wiimote et le Nunchuk simultanément on ne s'en remet plus qu'au destin pour que le jeu daigne faire le sort qui nous arrange. Ce mode n'est donc pas catastrophique, car il possède un certain dynamisme et des possibilités, mais il se retrouve très vite limité par ce faible nombre de possibilités et par la petite surface qui nous est accordée pour combattre.

Autre manière pour Harry d'utiliser ses dons pour la sorcellerie : faire des potions. Bien plus développée que dans les épisodes précédents, cette discipline fera ici très bonne figure. Malgré un principe on ne peut plus simple, à savoir mettre les ingrédients dans le bon ordre et en bonne quantité dans un temps donné, on pourra quelque peu s'exalter pour nos potions virtuelles. En effet, on aura seulement quatre actions différentes à disposition pour les faire. Verser un ingrédient dans notre mixture, mettre un morceau de quelque chose dans cette mixture, la remuer ou la faire chauffer. On devra donc suivre la liste des actions qui nous sont indiquées, tout en chauffant, remuant, ou ajoutant le bon ingrédient et en bonne quantité. Mais la tâche se complique quand les ingrédients que l'on a à disposition sont nombreux et que le temps vient à manquer. Surtout que chaque erreur fera apparaître une épaisse fumée que l'on sera obligé de dissiper via le Nunchuk, se qui nous fera perdre de précieuses secondes. De plus, des actions comme chauffer la potion ou la remuer vous demanderont des efforts considérables si vous voulez faire un bon chrono. Alors, certes, encore une fois on fera beaucoup (trop ?) de potions au cours du jeu, mais le challenge étant finalement bien progressif sans être trop bas, on prendra plaisir à confectionner les différents filtres magiques possibles.

La dernière « discipline » du jeu, celle où Harry excelle dans le monde des sorciers, est celle où il pèche le plus dans le jeu : le quidditch. Le quidditch, sport phare dans Harry Potter, a même eu droit à son propre jeu vidéo en 2003. Et même si le jeu ne brillait pas vraiment, il restait « honnête » dirons nous. Ici c'est tout à fait autre chose. Le quidditch ne se résume qu'à avoir le rôle de l'attrapeur pour capturer le Vif d'or. Pour cela on aurait bien sûr pu imaginer plusieurs phases de jeu : trouver le vif d'or, s'en rapprocher, l'attraper. Simple mais efficace, étant donné que le jeu n'est pas une « simulation de quidditch ». Mais rien de tout cela ne nous sera offert. Dans ce sixième épisode on ne pourra que suivre le vif d'or et s'en rapprocher en passant dans des anneaux. On aura aucune liberté d'action et en fait ce mode ne sera qu'une sorte de Rail Shooter, sans les armes. On ne fait que pointer la Wiimote au bon endroit de l'écran puis, à un certain moment on récupère le vif d'or. Et si on loupe trop d'anneaux, on perd. Bref après avoir subi ce mode de jeu une fois, dès le début de l'histoire, on fera notre possible pour l'éviter tellement ces phases sont ennuyeuses. Mais, comble du malheur, EA ne nous laissera pas en paix. On devra subir, avant chaque match une « séance d'entrainement ». Séquence qui, finalement, se révèle être comme un match avec quelques obstacles en plus qui ne feront aucune différence. On notera d'ailleurs que le vif d'or semble s'arrêter quand on percute un obstacle, comme s'il nous attendait. Pour conclure, ennuyeux et mal réalisé, évitez à tout pris le quidditch de Harry Potter 6 !

REDUCTO !!!!

Mais alors, que dire sur ce Harry Potter mal réalisé, avec des modes de jeu plutôt monotones ? Et bien ne vous en faites pas, si la fabrication de potions aurait pu être ennuyeuse avec le temps, ici il n'en est rien! Pourquoi ? Simplement parce que le jeu a une durée de vie d'un peu plus de quatre heures ! Presque deux fois la durée du film ! Pas mal hein ? Alors comment pourrait-on s'ennuyer (quidditch exclu) dans un jeu vidéo que l'on termine en une soirée ? Alors bien sûr, cette durée de vie ne prend en compte que le temps pour finir l'histoire. Et qu'on ne me fasse pas croire que débloquer plus d'une centaine d'emblèmes de Poudlard augmente la durée de vie du soft car personne n'essaiera de faire ça tellement ce serait long et quasiment impossible sans solution. À coté de ça on pourra évidemment refaire tout les différents modes de jeux que l'on a débloqués durant l'histoire, mais avec la tonne de duels magiques qu'elle nous propose, on n'y reviendra pas. On ne reviendra évidemment pas non plus sur le quidditch à part si l'on a des difficultés pour dormir. Et, finalement on ne reviendra pas sur la confection de potions, car, même si c'est marrant et bien réalisé, ce n'est pas non plus l'aventure du siècle. On pourrait toujours espérer passer un peu de temps sur les duels de magie à deux, mais la mode étant ce qu'elle est, on aura pas le droit à un écran splitté. Un des deux joueur sera donc irrémédiablement en arrière plan ce qui le desservira un maximum. De plus la maniabilité étant ce qu'elle est, on ne s'accrochera pas.


En conclusion, Harry Potter est un bon divertissement pour les gens qui ne sont pas trop exigeants. Mais débourser une cinquantaine d'euros pour, soyons généreux, six heures grand maximum d'amusement mesuré... c'est tout de même cher payé. Alors à deux, voire cinq euros, pourquoi pas ? Là, l'achat sera rentabilisé. Mais plus, cela ressemble d'avantage à du vol organisé par EA qu'à de la vente de jeu vidéo.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Wii
Editeur
  • Electronic Arts
Développeur
  • EA Bright Light Studio
Genre
  • Action - Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   3 juillet 2009
   30 juin 2009
  

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016