Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Un jeu à licence moyen mais qui aurait pu être mieux, son achat n'est pas un mauvais achat, mais ne vaut pas 60€. Le jeu offre de bons moments mais tous ces défauts ne lui font pas honneur et son intérêt est donc rabaissé. Un autre jeu à licence donc, qui veut offrir au joueur l'impression d'être dans les films, chose réussie, mais pas dans de bonnes conditions. On en attendait plus d'un jeu co-produit et écrit par les frères Wachowski, décevant.
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • Les graphismes
  • Le contraste du jeu
  • La caméra lourde parfois
  • Les sons exagérés et rares
  • La durée de vie trop faible
0 commentaire(s)
Enter the Matrix
Par Kiklox, le 3 Juillet 2003

Après deux films couronnés tous deux d'un grand succès, la licence Matrix revient sous plusieurs formes de produits dérivés : les figurines, les CD audios, les livres, et bien entendu, le jeu vidéo. C'est sur ce produit que l'on va s'attarder, pour le pire, comme pour le meilleur...

La Matrice


Le jeu, comme son titre l'indique, est donc basé sur l'élément principal des films : la Matrice.
Mais qu'est-ce que la Matrice ? Et bien il s'agit d'un monde virtuel créé par une intelligence artificielle, dans lequel vivent des humains prisonniers sans s'en rendre compte. Comprenez donc par-là que la Matrice est le monde dans lequel nous vivons en ce moment, un monde créé de toutes pièces par des machines, des machines qui ont pris le dessus sur les hommes.
On parle alors de champs de culture, d' humains cultivés pour leur énergie corporelle qui fournit de quoi survivre aux machines.

Ceci dit, les humains ne sont pas condamnés; paraît-il qu'un jour, un homme a réussi à échapper aux règles imposées par les machines, il a reçu le don de modifier la Matrice, de la modeler selon ses souhaits. On dit même que cet homme fut le premier à débrancher du monde virtuel un autre individu.
Depuis, les hommes débranchés se battent contre les machines, et tentent tout pour détruire la Matrice. L'histoire se poursuit alors dans les films, on apprend qu'un nouvel Elu, dénommé Néo, est découvert et c'est sur lui que l'espoir de l'humanité repose.


On rentre dans le jeu...


Outre les grands personnages des films tels que Néo, l'élu, Trinity, la bien aimée de Néo, et Morphéus, le prêtre de l'histoire, d'autres personnages tiennent aussi un rôle important, même si assez secondaire dans les films.
Et ce jeu vous propose de prendre les commandes de deux personnages clés de l'histoire de Matrix : Niobe, une femme rebelle, amoureuse de Morphéus, et capitaine d'un vaisseau du nom de Logos; et Ghost, un homme renfermé, sage et sûr de lui, il est le premier commandant du Logos et un grand ami de Niobe.

Votre rôle sera de vous battre pour apporter votre aide à la guerre des hommes contre les machines, mais tout cela prendra une tournure plus complexe, et votre importance auprès de cette guerre prendra de l'ampleur.
Vous vous battrez alors aux côtés de Morphéus, Trinity, et vous sauverez plus d'une fois l'avenir de Néo, et donc de l'humanité.

Pour ceux qui ont vu les films, sachez que l'histoire du jeu se situe parallèlement à celle de Matrix Reloaded, et vous rentrerez parfois dans des lieux connus.
Bref, l'histoire du jeu n'est pas délaissée, ce qui est une bonne chose, car même si elle n'est pas complexe, elle fait mine d'originalité, respecte bien l'univers des frères Wachowski (ce qui paraît normal, car ils ont écrit l'histoire du jeu), et offre des passages très spectaculaires.



Et côté gameplay alors ?


Et bien, on peut d'ores et déjà dire que pour un jeu à licence, la maniabilité a été très bien étudiée. Avec des boutons d'actions très simples, tels que les coups de pieds, coups de poings, tirer avec une arme ou encore contrer, le jeu n'est donc pas freiné en ce point. On peut aisément enchaîner des combos de toute beauté au niveau des animations, tout en passant en mode Focus. Tient, le mode Focus, si on en parlait : il s'agit en fait du système de bullet-time (comme dans Max Payne par exemple) qui permet au joueur de ralentir le temps, pour pouvoir viser avec plus de précision et éviter les balles tout en douceur. Le Focus se déclenche par simple pression de la gâchette gauche et c'est ici que le jeu puise toute sa force (tout son "mojo").

Vous pouvez donc, dans ce mode, effectuer des combos de folies, tels que grimper au mur pour atterrir derrière un ennemi et lui briser la nuque ou lui envoyer une quinzaine de billes de plombs dans le dos. Les actions en temps normal prennent donc une tournure différente lorsque le Focus est déclenché (au lieu de briser la nuque d'un ennemi, vous l'envoyez au sol et lui donnez un coup de talon dans la tête avec Niobe, ou lui tirez dessus au sol avec Ghost). Le Focus est donc le facteur principal du jeu, et tout le fun réside en ce système simple mais efficace, esquiver les balles en tournoyant sur soi-même, ou encore envoyer un coup de pied en pleine face à l'aide du mur, sont des moments de pur plaisir où le joueur, et c'est le cas de le dire, prend son pied.



#row_end  Outre le Focus, le jeu propose une aventure assez spectaculaire, vous traverserez de nombreux niveaux dans des lieux très variés, en passant des rues de Chinatown à un gratte-ciel en construction, ou encore la fameuse autoroute du film, ou le Château du Mérovingien. Rien a été oublié pour fournir au joueur l'impression d'être plongé dans le film, mais c'est une licence de film, c'est donc un peu près ce que l'on est en droit d'attendre.
Le jeu offre aussi des passages en voiture, pour changer des combats et faire en sorte de ne pas ennuyer le joueur, mais si elles n'avaient pas été là, elles ne nous auraient pas manquées. Ces passages n'ont aucun intérêt ludique lorsque l'on est avec Ghost, et sont pitoyables lorsque l'on joue avec Niobe. Ghost lui, se contente de tirer de la voiture à l'aide d'une mitraillette qui tire des balles illimitées, et Niobe elle, conduit la voiture, et conduire dans la Matrice n'est pas chose facile, la voiture flotte dans l'air à la moindre bosse rencontrée au sol. Bref, des passages que l'on oublie vite, tout comme la phase en vaisseau à la fin, qui s'apparente à la voiture.

Comme dit précédemment, l'aventure est divisée en deux parties, l'une avec Niobe, et l'autre avec Ghost, et même si les endroits se ressemblent, vous ne traverserez pas les mêmes chemins à chaque fois. Tout cela nous mène à la durée de vie, car un jeu avec une durée de vie très faible le rend frustrant; et bien Enter The Matrix propose une durée de vie très moyenne, comptez une dizaine d'heures pour le finir en entier, vous passerez environ cinq à six heures pour chaque personnage, ce qui baisse grandement la qualité générale du jeu. Mais des bonus sont à découvrir dans le jeu, tel que des vidéos du film, des images d'armes ou de véhicules, tout cela étant disponible dans le sous menu "piratage".
Mais qu'est-ce-que piratage ? Et bien il s'agit d'une version ultra simplifiée de DOS. Ainsi les commandes ne s'y retrouvent pas toutes mais on peut en compter déjà quelques unes (Dir, C:, B: etc...). Ce sous menu offre donc un rallongement de la durée de vie, mais pour les vrais fans uniquement.

En bref, le gameplay du jeu se voit rabaissé par la durée de vie, mais reste au dessus de la moyenne, car le fun est présent du début à la fin.



L'aspect du jeu sous tous les angles...


Pour un jeu à licence, on s'attendait à quelque chose de soigné, même si c'était pas la claque absolue, mais pour Enter The Matrix, c'est autre chose. Selon les développeurs, les graphismes ont été "mis de côté" en dépit des animations réalistes. Alors, même si les animations restent assez spectaculaires et jolies à voir, il n'en est rien des graphismes. On a peut-être affaire au jeu le moins beau de l'année, avec des niveaux vastes mais vides, sans aucun piéton dans les rues, des niveaux tellement vastes lors des phases en voiture ou en vaisseau que l'effet de brouillard touche presque le bout de votre véhicule. Qui plus est, le jeu, en essayant sûrement de respecter l'ambiance des films, est très sombre, ainsi à certains moments on ne sait plus où donner de la tête et on se dépêche d'augmenter le contraste et la luminosité, et du jeu, et de la télé. Ce gros point noir gâche parfois le plaisir de jouer car même si le jeu est très laid dans l'ensemble, on y prend goût et à la fin, on y fait plus du tout attention. Les personnages étant suffisamment bien modélisés, dont certains personnages très proches de leur ego réel (Trinity est sans doute le personnage le plus réussi).
En clair, les graphismes sont de mauvaise qualité mais la modélisation des bâtiments ou des personnages rendent le jeu jouable, et le fun ne s'arrête donc pas à cela, heureusement.

Côté musique, le jeu est assez bien fourni, avec des musiques tirées directement des films , mais celles-ci sont mal exploitées et se déclenchent parfois au mauvais moment voir même jusqu'à saccader certaines fois. Mais en général, la musique donne du punch au jeu et on prend un pied inégalable à esquiver les balles des agents Smith tout en écoutant la musique propre à leurs passages.

Mais même si la musique est la bienvenue, il n'en est pas de même pour les sons, certes trop rares mais aussi un peu trop exagérés par moment (donnez un coup de pied et écoutez attentivement le bruit de craquement de l'adversaire, ou bien plantez- lui un pieu et vous vous croirez dans une parodie de Buffy). Seuls les bruits des balles qui fusent sont bien réalisés, on s'y croit à chaque fois que l'on passe à côté d'une dizaine d'entre-elles.
Maintenant, parlons des adversaires. Des personnages assez bien modélisés, allant du simple policier à l'agent, on peut noter tout de même que tous, ou presque, sont dénués d'intelligence. Ils n'ont tous qu'une simple et unique réaction : foncer sur vous (et puis se faire tuer par vous). L'intelligence artificielle n'a donc pas été exploitée et cela rend le jeu un peu moins passionnant sur la longueur, car on s'attend à des ennemis toujours plus forts, mais ça n'est pas le cas.
Et maintenant on va s'attaquer à l'un des plus gros problèmes du jeu : la caméra. Car en effet ,le jeu se déroule à la troisième personne, et le fardeau de ces jeux là, c'est la caméra. Et bien ici elle n'est pas en reste, même si en général elle suit bien le personnage, parfois elle le suit de trop près et l'écran est alors caché par le dos du personnage, ce qui rend l'action un peu compliquée. En outre, elle passe derrière des murs ou autres, et on ne voit plus notre personnage un bon moment, énervant.

En bref, le jeu n'a pas été assez soigné au niveau de ses graphismes et des éléments, tels que la caméra, les bruitages, qui font que le jeu aurait pu être bon.

Un jeu moyen ?


C'est la question que l'on peut se poser, s'agit-il alors d'un jeu mauvais, ou moyen ? Et bien, malgré tous ces points noirs, et tous ces bugs intempestifs, le jeu reste très sympathique à jouer. Le fun est quasi omniprésent du début à la fin du jeu, et comme dit précédemment, c'est un jeu où l'on prend son pied à frapper dans tous les sens un ennemi, à l'achever à terre ou encore à voltiger à travers une vitre pour atterrir sur un immeuble plus loin. Si le joueur ferme les yeux sur les graphismes, il s'assure alors une dizaine d'heures de plaisir, et même si ça peut paraître répétitif à la vue des images, ou de ce test, et bien la répétitivité s'envole avec le nombre d'enchaînements et de coups possibles.

Le jeu ne vaut pas ses 60€, mais si vous êtes fans de Matrix ou des jeux bien bourrins à la Max Payne, et bien tournez- vous vers une version d'occasion, car le jeu est prêt à vous offrir des heures de plaisirs. Le jeu est donc bon pour un titre à licence, mais moyen si on le place par rapport aux autres jeux en général. Alors, êtes-vous prêt à entrer dans la Matrice ? .....
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • GameCube
Editeur
  • Atari
Développeur
  • Shiny Entertainment
Genre
  • Action
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   15 mai 2003
   14 mai 2003
   19 juin 2003

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016