Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
Support Développeur Nombre de joueurs Sorties
 Switch  gentlymad  1 07/08/2018
07/08/2018
Non prévue
Editeur Genre Divers
 Headup Games  Plate-formes - Réflexion     Site officiel
0 commentaire(s)
switch
Test Nintendo Switch de In Between, un touchant jeu de plates-formes et de réflexion sur la vie et la mort

 Par Draco,
 le 23/05/2020 à 10H32

Le modèle de Kübler-Ross, également nommé « les cinq étapes du deuil » a été théorisé par la psychiatre suisse Elisabeth Kübler-Ross dans son livre On Death and Dying (Les derniers instants de la vie) publié en 1969. Très discuté, voire critiqué, d’un point de vue scientifique, celui-ci est pourtant largement rentré dans la culture populaire, même si contrairement à l’interprétation qui en est généralement faite, il ne désigne pas, à l’origine, le processus émotionnel ressenti face au décès d’un proche, mais bien celui de patients apprenant qu’ils sont atteints d’une maladie incurable. Or, c’est exactement le cas du protagoniste d'In Between, jeu de plates-formes et de réflexion développé par le studio allemand Gentlymad, sorti sur PC il y a déjà cinq ans et porté depuis sur différents supports, dont la Nintendo Switch en 2018. Un titre à l’ambiance particulière, appuyant son gameplay sur des ressorts narratifs puissants, selon une formule rappelant un peu celle du Braid de Jonathan Blow, sauf qu’on contrôle ici la gravité et non le temps.


Un test rédigé par Kayle Joriin.

Note importante : Ce jeu est en promotion jusqu'à demain (24 mai 2020) sur l'eShop. Il est vendu 1,99 € au lieu de 11,99 € (-83 %). Profitez-en !

 


Near Death Experience

Sur son lit de mort à cause du cancer qui le ronge, le héros – un homme anonyme d’âge moyen – va donc nous conter son histoire à travers une soixantaine de tableaux en 2D, présentés comme autant de casse-têtes, et répartis en plusieurs chapitres qui reprennent les cinq étapes évoquées précédemment ; à savoir le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation. On en apprendra alors davantage sur son enfance, ses relations avec son père, la rencontre de son épouse ou la naissance de sa fille, que ce soit sous la forme de scénettes interactives ou par le biais d’images se dévoilant au sein du décor. Le jeu bénéficie d’ailleurs d’une direction artistique plutôt originale et fort plaisante, accompagnée d’une bande-son parfaitement adaptée. Tout juste peut-on regretter des animations manquant un brin de naturel et un environnement unique pour tous les stages. Néanmoins, le level design intelligent, les différentes variations de gameplay et les artworks évoluant au fil de l’aventure suffisent à casser une éventuelle monotonie.


Dommage en revanche que l’affichage des sous-titres, notamment disponibles en français, souffre de problèmes récurrents, obligeant souvent à se fier à la seule voix (anglaise) du narrateur. Cela n’aide pas à suivre sereinement un scénario pourtant très touchant et propice à la réflexion sur des sujets certes pas forcément joyeux, mais qui n’en demeurent pas moins intéressants. D’autant que le game system est lui aussi particulièrement réussi. Tel qu’évoqué en introduction, le titre se base en effet sur le contrôle de la gravité, proposant au passage une maniabilité aussi simple qu’efficace. Le stick analogique gauche contrôle ainsi les déplacements du personnage, tandis que le droit permet de changer le sens dans le lequel vont « tomber » les choses, qu’il s’agisse du héros ou des objets mobiles présents dans les niveaux. Ce changement ne pouvant toutefois être effectué dans les airs.


La vie est trop courte

Si l’objectif est en général simplement d’accéder à la sortie, matérialisée par une porte luminescente, chaque tableau traversé constitue un mini-labyrinthe garni de mécanismes à activer et de pièges à éviter – souvent des pics recouvrant les parois. En outre, passé le tutoriel, chaque chapitre apporte des mécaniques spécifiques en lien avec les cinq étapes précitées. Il faudra par exemple faire face aux ténèbres du déni pour ne pas les laisser nous engloutir, esquiver les cercles pulsants provoqués par la colère et ne pas tomber dans la dépression en restant à la lumière. Quant au chapitre « Marchandage », il demandera de déplacer de manière symétrique le héros et sa femme afin de les faire se rejoindre à mi-chemin. Autant de variations de gameplay pertinentes qui renouvellent fort adroitement l’expérience.


Une expérience qu’on aurait d’ailleurs souhaitée un poil plus longue, car finir l’intégralité des soixante stages prendra environ cinq heures, sans réelle rejouabilité derrière. Cette durée reste néanmoins largement dépendante de la faculté de chacun à résoudre les différents casse-têtes proposés, faisant autant appel à la réflexion qu’à un minimum de doigté dans le contrôle du héros. Ce n’est pas forcément aberrant vu les 11,99 € demandés sur l’eShop, a fortiori quand on met dans la balance les réelles qualités esthétiques et narratives du jeu. Cela dit, du contenu supplémentaire n’aurait clairement pas été de refus, en particulier dans le dernier chapitre, particulièrement émouvant, mais trop court. En l’état, In Between reste toutefois un titre parfaitement recommandable sur Switch, et ce malgré ses bugs de sous-titres un brin agaçants, ainsi que de petits soucis de lisibilité occasionnels sur certains tableaux. Et au pire, les joueurs hésitants pourront toujours attendre une petite promotion.

 

Conclusion : OUI !

Abordant de manière intelligente et sensible un sujet plutôt grave, In Between propose un gameplay efficace qui sait se renouveler durant les quelques heures que dure l’aventure. S’il manque sans doute un peu de variété visuelle (malgré une réalisation convaincante) et qu’il souffre d’un affichage aléatoire des sous-titres, le jeu de Gentlymad reste donc une belle surprise pour les amateurs de jeu de plates-formes et de réflexion. On recommande donc son achat sans réserve particulière, a fortiori lors d’une des promotions dont il fait régulièrement l’objet sur l’eShop.

LES PLUS : 

+ Thématique intéressante
+ Esthétique travaillée
+ Gameplay intelligent…
+ … avec de régulières variations
+ Bande-son immersive

 

LES MOINS :

- Peut-être un poil trop court
- Certains sous titres n’apparaissent pas
- Quelques soucis de lisibilité

_______________________________________________________________

Le système de verdict de Nintendo-Difference repose sur trois niveaux :

- "OUI !"

Nous recommandons l'achat de ce titre. Peu importe quel joueur vous êtes : vous l'apprécierez, à condition de ne pas être hermétique au genre.

- "PEUT-ÊTRE..."

Nous recommandons de bien lire le test avant d'acheter le jeu, car il peut ne pas correspondre à tout le monde, et ce pour des raisons qui peuvent largement être différentes d'un jeu à un autre. Par exemple, un titre peut être tout à fait exceptionnel et obtenir un "PEUT-ÊTRE..." parce qu'il se classe dans un genre de niche qui ne correspondra pas à tout le monde alors qu'un autre pourra s'avérer vraiment moyen et à ne réserver qu'aux puristes du genre ou aux fans inconditionnels (comme dans le cas d'une adaptation par exemple).

- "NON !!!"

Nous ne recommandons pas l'achat de ce jeu. Trop mauvais ou trop cher pour ce qui est proposé.

Nous avons abandonné l'idée des notes, car celles-ci n'aident en rien à faire un choix. Avec ce système vous savez si vous pouvez acheter les yeux fermés, s'il faut bien lire le test pour savoir si le jeu peut vous convenir, ou s'il faut tout simplement s'enfuir.



Afficher / Masquer les commentaires

0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Newsletter
LES DERNIERES SORTIES

Sondage
Parmi ces series, lesquelles reveriez-vous de revoir ?


Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016